DAYRE Clément

Par Yves Lequin et Roger Pierre

Né le 29 août 1875 aux Assions (Ardèche) ; mort en 1941 à Uzer (Ardèche) ; instituteur ; militant syndicaliste de l’Ardèche.

Fils d’un cordonnier ardéchois établi à Marseille (Bouches-du-Rhône), Dayre fut orphelin de bonne heure ; sa mère revint alors tenir aux Vans (Ardèche) un café qui devint un lieu de réunion des éléments « avancés » ; il entra à quinze ans à l’École normale de Privas (Ardèche), et, marié à une institutrice, occupa divers postes dans les Cévennes. En novembre 1905, il fut l’un des signataires du manifeste des instituteurs syndicalistes, et créa en 1907 une organisation départementale rattachée en 1908 à la Bourse du Travail de Valence (Drôme). En 1908, il fut le premier élu syndicaliste au conseil départemental de l’Enseignement primaire. Comme tel, il fut chargé par le IVe congrès de la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs, à Paris en avril 1909, du rapport sur la réforme de cet organisme : il proposa la possibilité d’assistance par un avocat en cas de poursuites disciplinaires, l’obligation pour le préfet de suivre l’avis du conseil, l’impossibilité pour le ministre d’aggraver une éventuelle sanction et emporta l’unanimité des délégués. En 1912, il fut lui-même puni de la « réprimande » pour avoir signé le manifeste du congrès de Chambéry. Son action dépassait d’ailleurs largement l’horizon de sa profession : il fut des organisateurs, en 1912, du premier meeting syndicaliste au Teil (Ardèche), fief de la toute-puissante famille de patrons cimentiers, les Pavin de Lafarge. Il était également membre de la loge maçonnique d’Aubenas (Ardèche), et du Parti SFIO.

En 1919, instituteur à Grospierres, canton de Joyeuse (Ardèche), il reconstitua, après le retour des mobilisés, la section départementale du syndicat de l’enseignement, et il en fut quelque temps le secrétaire. Il était en 1921 fiché à la direction de la Sûreté générale, avec dix autres « instituteurs et professeurs communistes » de l’Ardèche dont Élie Reynier*. Cependant, à notre connaissance, il ne manifesta par la suite aucune activité notable, ni au syndicat, ni au Parti communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article108435, notice DAYRE Clément par Yves Lequin et Roger Pierre, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Yves Lequin et Roger Pierre

ŒUVRE : Collaboration à L’Émancipation (Bulletin du syndicat des instituteurs de l’Ardèche) et à l’École Émancipée..

SOURCES : Arch. Nat. F7/13091. — Arch. Dép. Ardèche, série M, divers. — F. Bernard, L. Bouet, M. Dommanget, G. Serret, Le Syndicalisme dans l’enseignement. Histoire de la fédération de l’enseignement, des origines à l’unification de 1935, 2e édit., Grenoble, 1968. — L’Émancipation, octobre-novembre 1919.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément