MAZAUD Jacques

Par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule

Né le 11 mars 1868 à Meymac (Corrèze) ; cocher puis chauffeur de taxi ; conseiller municipal de Levallois-Perret (Seine- Hauts-de-Seine).

Petit-fils de cultivateurs, Jacques Mazaud partit en 1885 pour Paris où, pendant deux ans, il fut garçon marchand de vins. Devenu cocher de fiacre, il se syndiqua en 1888 ; en 1892, il était membre du conseil syndical des cochers de la Seine et, en 1899, secrétaire permanent et rétribué. Trois ans plus tard, il était secrétaire général du syndicat. Au congrès national de la fédération des Transports en 1904, il fut nommé secrétaire adjoint de la fédération. J. Mazaud assista à plusieurs congrès nationaux corporatifs où il représenta le syndicat des cochers de la Seine puis la fédération des transports : XIIIe congrès — 7e de la CGT — Montpellier, septembre 1902 ; XIVe congrès, Bourges, septembre 1904 ; XVe congrès, Amiens, octobre 1906 (il signa l’ordre du jour syndicaliste révolutionnaire présenté par V. Griffuelhes) ; XVIe congrès, Marseille, octobre 1908 ; XVIIe congrès, Toulouse, octobre 1910 ; XVIIIe congrès, Le Havre, septembre 1912.

Inscrit en 1892 au comité socialiste du XVIIIe arr., il n’a jamais cessé d’appartenir au Parti socialiste. En avril 1905, il fut délégué au congrès d’unité, salle du Globe, et en 1906, il fut candidat aux élections législatives dans la circonscription d’Ussel et obtint 321 voix.

Domicilié à Levallois-Perret (Seine), fut d’abord cocher puis chauffeur de taxi. Délégué à la chambre syndicale des cochers et chauffeurs de la région parisienne dont Fiancette était secrétaire, il participa à l’organisation de la grande grève qui toucha la profession de novembre 1911 à avril 1912. Il signa en 1914 l’appel aux cochers et chauffeurs de Levallois-Perret en faveur du candidat socialiste aux élections législatives. Secrétaire général des conducteurs de taxi de la Seine, il assista de 1918 à 1925 à tous les congrès fédéraux (sauf celui de 1923) et devint secrétaire adjoint de la Fédération CGT des Transports qu’il avait contribué à créer.

Il participa du 19 au 21 septembre 1900 à la Bourse du Travail à Paris au Congrès international des Unions des Travailleurs de Transports (considéré comme le 3ème congrès de l’ITF (Fédération Internationale des Travailleurs des Transports)). Jacques Mazaud et Calmels y représentèrent la Chambre syndicale des Cochers de la Seine.

Socialiste, Mazaud était entré en 1912 au conseil municipal de sa commune. Il fut réélu le 7 décembre 1919 sur la liste de Louis Rouquier et accepta les fonctions de troisième adjoint. Ayant signé la motion du Comité de la reconstruction de l’Internationale, il resta au Parti socialiste SFIO après le congrès de Tours (décembre 1920). Il se représenta au scrutin municipal de mai 1925, conserva son siège et fut désigné comme premier adjoint. Il mourut à la fin de son mandat, le 22 mars 1929, et fut enterré civilement à Igny (Seine-et-Oise).

Mazaud avait été de 1921 à 1926 conseiller prud’homme de la Seine, section des Métaux et industries diverses.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121365, notice MAZAUD Jacques par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 26 janvier 2011.

Par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 , versement 10451/76/1. — Clichy-Levallois socialiste, 9 mai 1914. — L’Humanité, 12 décembre 1919. — Le Peuple, 14 février 1921, 23 juillet 1927, 4 avril et 16 septembre 1929. — Agendas de la Bourse du Travail de Paris. — Le congrès de Tours, édition critique, op. cit. — Renseignements communiqués par un neveu de l’intéressé. — État civil. — Le Socialiste du Centre, 3 mai 1906, article de Félix Orlianges. — Comptes rendus des congrès (le nom est parfois orthographié Mazeau). — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., p. 221. — Compte rendu du Congrès International des Unions des Travailleurs de Transports, Paris, 1900.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément