ROUAIX Émile [ROUAIX Nestor, Émile]

Par Marcel Rivollier

Né le 13 juin 1907 à Lay-Saint-Christophe (Meurthe-et-Moselle) ; employé imprimeur, secrétaire, puis employé de sanatorium, puis entrepreneur à Paris à la Libération ; militant socialiste en Meurthe-et-Moselle (1924-1925), dans les Vosges (1926-1927 et 1929-1934) et dans l’Ain (1934-1938), du PSOP (1938-1939) puis communiste à Paris (1943-1947), puis du PSA (1958), puis du PSU (1960) ; résistant.

Fils d’un mineur, Émile Rouaix, employé à l’Imprimerie nancéienne, qui imprimait le journal radical-socialiste de Nancy, l’Étoile de l’Est, était membre de la SFIO depuis novembre 1924 et fondateur de la section socialiste de Lay-Saint-Christophe. En 1925, il devint membre de la commission exécutive fédérale de Meurthe-et-Moselle dont le secrétaire était Ch.-A. Dolley. Collaborateur de l’Étincelle, hebdomadaire de Maurice Maurin*, il fut licencié en 1925 à la suite d’un article où il critiquait la politique du gouvernement Herriot.

En octobre 1925, Émile Rouaix partit pour les Vosges où il trouva un emploi de secrétaire. Il fonda la section SFIO de Lamarche. Sous les drapeaux de 1927 à 1929, Rouaix fut l’un des rédacteurs du journal antimilitariste le Soldat de Nancy. Rentré à Épinal, il devint secrétaire fédéral adjoint de la Fédération SFIO des Vosges et administrateur de l’hebdomadaire socialiste le Travailleur vosgien.

En février 1934, Émile Rouaix vint à Hauteville (Ain) à la suite d’une lésion pulmonaire. Membre de la section SFIO de Hauteville, secrétaire du comité cantonal du Front populaire dès avant 1935, il fut élu au bureau du comité départemental du Front populaire en 1935. En 1937, il devint secrétaire du syndicat des Services de santé CGT, qui comptait plus de 800 membres, car après sa guérison, il était devenu employé du sanatorium. Aux élections cantonales des 10 et 17 octobre 1937, il fut candidat SFIO pour le canton de Hauteville-Lompnès. Il y recueillit au premier tour 239 voix sur 1 154 votants contre 135 au communiste René Raffin* au 1er tour et 769 au conseiller sortant, radical, qui fut réélu. Émile Rouaix fut délégué de la Fédération de l’Ain au congrès national de la SFIO de 1938 à Royan et délégué au congrès national des Services de santé CGT à Bordeaux, dans l’été 1938.

Émile Rouaix adhéra avec la section SFIO de Hauteville au Parti socialiste ouvrier et paysan. Il fut donc exclu de la SFIO par la commission fédérale des conflits, le 10 novembre 1938 et en même temps licencié de son emploi au sanatorium après avoir appelé à la grève du 30 novembre 1938. En mai 1939, il devint secrétaire national administratif du nouveau PSOP à Paris. Arrêté le 10 décembre 1939, condamné à cinq ans de prison et incarcéré à la prison de la Santé, il s’évada en juin 1940.

Sous l’Occupation, il participa, à Toulouse, à la fondation de « Libérer et Fédérer », mouvement socialiste révolutionnaire dont il devint responsable militaire. A nouveau arrêté, il fut condamné à six mois de prison. Libéré en 1943, il rejoignit le Front national puis le Parti communiste. Président de la commission d’épuration du IIIe arr. de Paris, il devint secrétaire à l’organisation de la section du IIIe arr. du PC en 1945 et 1946. Mais il rompit avec ce parti en 1947, au moment de la guerre froide, préconisant surtout la démocratie intérieure et l’élection libre des dirigeants de l’organisation.

En 1958, il participa à la fondation du PSA. Ensuite il milita quelque temps au PSU.

Émile Rouaix était devenu à la Libération directeur d’une SARL à Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article129699, notice ROUAIX Émile [ROUAIX Nestor, Émile] par Marcel Rivollier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Marcel Rivollier

SOURCES : L’Éclaireur de l’Ain, 4 octobre 1936, 17 octobre 1937. — Le Travailleur de l’Ain, novembre 1935, novembre 1937, décembre 1938. — Jean-Paul Joubert, A contre-courant : le pivertisme, Thèse de doctorat de sciences politiques, Grenoble, 1972. — Notes de J. Raymond. — Témoignage de E. Rouaix.

Version imprimable Signaler un complément