L’HELGOUALC’H Odette née FAVRY.

Par Tony Legendre

Née le 30 décembre 1926 à Saint-Quentin (Aisne), morte le 26 août 2013 à Soissons (Aisne) ; institutrice puis directrice d’école dans l’Aisne ; militante syndicaliste.

Odette L’HELGOUALC’H.
Odette L’HELGOUALC’H.

Fille d’un professeur d’enseignement technique et d’une sténodactylo, Odette Favry fut reçue au concours pour devenir élève-maîtresse en 1943. L’École normale d’institutrices de Laon étant fermée, elle commença sa scolarité au lycée de jeunes filles de Saint-Quentin (Aisne) de 1943 à 1945, puis à l’École normale de Laon, réouverte, de 1945 à 1947. Elle commença sa carrière d’institutrice à Chauny de 1947 à 1948 puis à Saint-Quentin de 1948 à 1951. Pour des raisons de santé, elle obtint un congé de longue durée et séjourna en maisons de santé de Saint-Jean d’Aulps puis à Maisons-Laffitte jusqu’en octobre 1953. A cette date, elle reprit le travail comme secrétaire de direction des études du sanatorium des étudiants de Saint-Hilaire-du-Touvet (Isère).

Le 28 octobre 1953, elle se maria, dans cette commune, avec Jean L’Helgoualc’h, professeur d’enseignement technique, originaire de Quimper (Finistère), qui s’occupait de l’enregistrement et de la diffusion des cours de l’université de Grenoble dans l’enceinte du sanatorium. Ils restèrent à Saint-Hilaire-du-Touvet jusqu’en 1955.

Ils retrouvèrent, en 1955, des postes d’instituteurs à Vivières (Aisne) où elle resta jusqu’en 1964. Avec son mari, elle organisa et anima en 1956 une expérience de télévision à l’école avec les élèves et, le soir, avec les habitants du village. Elle dirigea ensuite l’école André Moncond’huy de Villers-Cotterêts (Aisne) de 1964 jusqu’à sa retraite en 1982.

Odette L’Helgoualc’h devint déléguée du Syndicat national des instituteurs pour le canton de Villers-Cotterêts en 1957. Militante active, elle s’occupa beaucoup des jeunes instituteurs. Elle entra au bureau de la section départementale du SNI en 1960 comme secrétaire administrative. Elle fit partie du Conseil départemental de l‘enseignement primaire en 1961 et devint secrétaire générale de la section du SNI de 1962 à 1964. Son mari fut responsable de la question laïque dans cette section en 1962. Après 1964, elle continua son militantisme syndical en étant secrétaire de la Commission des affaires laïques et en participant aux congrès nationaux de Toulouse (elle signa la motion d’orientation de la majorité) en 1962 et de Pau en 1973. Elle fut aussi membre de la commission administrative de l’Aisne de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale de 1966 à 1986.

Retraitée, veuve depuis 1991, habitant toujours Villers-Cotterêts, elle fit partie de plusieurs associations culturelles, membre des bureaux pour certaines et participait à des excursions dans les divers pays d’Europe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136117, notice L'HELGOUALC'H Odette née FAVRY. par Tony Legendre, version mise en ligne le 10 janvier 2011, dernière modification le 27 janvier 2014.

Par Tony Legendre

Odette L'HELGOUALC'H.
Odette L’HELGOUALC’H.

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressée. — Notes de Jacques Girault..

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément