KERAMBRUN Henri, Fabien

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 27 février 1922 à Lézardrieux (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), fusillé le 26 mai 1944 à Servel en Lannion (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; militaire ; membre d’un réseau.

Henri Kerambrun
Henri Kerambrun

Henri Kerambrun était le fils d’Yves, François, Marie Kerambrun, second-maître timonier, et d’Anne, Marie, Rosalie Le Thomas, demeurant Lézardrieux, sans profession.
Déserteur de l’armée de Vichy, il entra en contact avec le réseau de résistance de Lézardrieux. Agent au 2e bureau de renseignements, il fut affecté dans le Sud-Finistère. Après l’arrestation à Saint-Brieuc le 6 avril 1944 de Le Peuch, d’un commun accord avec Le Bras de Lézardrieux et Le Bihan de Tréguier, tous les deux ingénieurs aux Ponts et Chaussées, il fut convenu que Kerambrun continuerait comme par le passé à travailler dans la même région. Au cours d’une mission, Henri Kerambrun fut arrêté par les Allemands le 26 mai 1944, à Moustéru (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) dans un train qui le conduisait de Guingamp (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) à Carhaix (Finistère), sous le nom de Henri Vivier, né le 27 février 1927 à Montpellier (Hérault).
Il fut fusillé 26 mai 1944 au camp d’aviation de Servel près de Lannion. Henri Kerambrun avait 22 ans. Son corps fut retrouvé le 16 août 1944.
Son nom figure sur Le monument du terrain d’aviation de Servel en Lannion.
Son frère Raoul Kerambun fut tué à Plounez (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) lors de la libération de Paimpol le 15 août 1944 par l’explosion d’un engin agricole piégé par les Allemands.

Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146880, notice KERAMBRUN Henri, Fabien par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 29 mai 2013, dernière modification le 25 août 2018.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Henri Kerambrun
Henri Kerambrun

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément