CAMPAGNAC Pierre

Par Michel Dreyfus

Né le 8 octobre 1931 à Bergerac (Dordogne), mort le 23 mars 2018 à La Force (Dordogne) ; ouvrier gazier ; syndicaliste CGT de Charente puis de région parisienne, trésorier de la Fédération CGT de l’Énergie (1969-1979), membre du comité de coordination des CMCAS (1967-1971), administrateur de l’IFOREP (1978-1985), administrateur (1971-1999) et secrétaire général (1980-1985) de la CCAS ; militant communiste ; conseiller municipal de Villiers-sur-Orge (Essonne).

Pierre Campagnac était l’aîné d’une famille de six enfants. Son père, Roger Campagnac, releveur-encaisseur à Bergerac, militant du syndicat CGT du centre de Périgueux, fut interné politique de 1940 à 1941 et résistant ; sa mère était sans profession. Pierre Campagnac suivit l’École nationale de métier de Gaz de France à Versailles (Yvelines), promotion 1948 à 1952. Il fut adhérent à l’Union des jeunesses républicaines de France à partir de 1947 puis du Parti communiste français en 1951.

Embauché pour un stage « probatoire » à l’usine à Gaz d’Angoulême (Charente) en septembre 1952, Pierre Campagnac adhéra alors à la CGT et fut élu dès 1953 membre du bureau de l’UD-CGT de la Charente alors dirigée par Lucien Berody. Durant la même époque, il milita activement dans les rangs de l’UJRF et du Parti communiste. Pierre Campagnac participa activement aux grèves d’août 1953 à la suite desquelles il fut « remercié » par le Centre EDF d’Angoulême, le 17 octobre 1953.

De retour dans la région parisienne, il fut réembauché le 2 novembre 1953, à la suite d’une intervention syndicale, à la cokerie de Villeneuve-la-Garenne (Seine, Hauts-de-Seine) du Gaz de France, en qualité d’ajusteur. Il fut l’un des animateurs de la section syndicale CGT et devint membre de la commission administrative de la Région parisienne. En 1956, ce syndicat fut décentralisé. Pierre Campagnac fut alors élu membre du bureau du syndicat ouvriers-employés des travailleurs de la Production et du Transport du Gaz de la région parisienne. À Villeneuve-la-Garenne où il habitait, il conduisit la liste du Parti communiste aux élections municipales du 8 mars 1959 mais cette liste fut battue dès le premier tour. Parallèlement, il participa à la création de la première section du PCF de cette localité dont il fut un des premiers secrétaires.

En avril 1960, Pierre Campagnac devint agent technique du Service des techniques spéciales du réseau de transport du Gaz dans la Région parisienne dont René Le Guen* était l’ingénieur chef de service. Peu après, Pierre Campagnac fut secrétaire du comité du Parti communiste au siège de Gaz de France, 6 rue Condorcet, Paris (IXe arr.), ainsi que membre du comité de section du PCF du IXe arrondissement, Rochechouart.

Pierre Campagnac était président de sa Caisse mutuelle complémentaire d’action sociale (CMCAS) lorsque fut créé en mai 1965 le Comité d’études et de coordination des CMCAS de la Région parisienne ; il en fut élu président. De juillet 1967 à février 1971, il fut élu au bureau du Comité de coordination des CMCAS. En avril 1969, le XXIVe congrès de la Fédération CGT de l’Énergie, réuni à Royan, l’élut au bureau fédéral ; il en fut le trésorier général jusqu’en juin 1979 et resta membre de sa commission exécutive jusqu’en 1983. Il avait aussi été responsable de la commission fédérale des jeunes. En juillet 1971, Pierre Campagnac fut désigné administrateur titulaire de la Caisse centrale d’activités sociales (CCAS). Secrétaire général de la CCAS de 1980 à 1985, sous la présidence de Pierre Rumeau*, il continua de siéger au conseil d’administration jusqu’en 1999, comme suppléant (1985-1994 et 1997-1999) ou comme titulaire (1994-1997). Il eut la plus longue « carrière » d’administrateur de la CCAS, avec vingt-huit ans de mandats. Chargé des questions de santé et des handicapés, Pierre Campagnac anima la commission « Action culturelle ». Il fut également administrateur de l’IFOREP de février 1978 à janvier 1985.

Habitant Villiers-sur-Orge (Essonne), Pierre Campagnac fut candidat du Parti communiste en 1971 mais non élu aux élections municipales de 1971. Il eut plus de chance six ans plus tard. Il fut membre de la commission confédérale de politique culturelle de la CGT, animée par Marius Bertou.

Pierre Campagnac prit sa retraite administrative le 1er novembre 1986. Il n’en demeura pas moins un militant très actif sur les plans syndical et social. Ce fut en grande partie grâce à lui que la CCAS entreprit, à partir de la constitution de ses archives, différentes recherches sur sa propre histoire. Il contribua notamment à la première édition du Dictionnaire gaziers-électriciens.

Pierre Campagnac se maria avec Danièle Rondot, clerc de notaire, et ils eurent une fille.

Il mourut le 23 mars 2018 dans sa famille i à La Force en Dordogne. Il avait quitté Villiers-sur-Orge pour se rapprocher se siens, car sa femme était très malade.

Il a dû abandonner de ses activités militantes mais il a été membre de la CGT, et du PCF jusqu’à ses derniers jours.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149188, notice CAMPAGNAC Pierre par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 30 septembre 2013, dernière modification le 19 avril 2018.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Arch. CCOS et CCAS. — Force militant, n° 273. — Notice vérifiée par l’intéressé (1996) et renseignements complémentaires fournis en octobre 2010. — Notes de Paul Boulland.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément