CARRE Albert

Par Raynald Daubresse, Christian Lescureux, Delphine Leneveu

Né le 24 octobre 1922, à Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), fusillé le 14 juin 1944 à Arras (Pas-de-Calais) ; ouvrier mineur ; militant communiste, résistant, membre des FTPF.

Fils d’Élie et de Marie Sanson, Albert Carre était célibataire et domicilié à Henin-Liétard, 90 rue César-Willefert.
Peu après l’annonce du débarquement en Normandie, plusieurs centaines de jeunes FTPF du bassin minier du Pas-de-Calais entreprirent, à pied, de rejoindre le « maquis des Ardennes ». Ils étaient très peu armés et dépourvus de toute expérience du combat. Trente-quatre furent tués par des unités de la Wehrmacht qui les interceptèrent au bois de Bourlon (Pas-de-Calais) près de Cambrai. Les autres FTPF, arrêtés dans les parages, furent traduits devant le tribunal militaire d’Arras qui siégea alors en accéléré. Quarante-quatre furent fusillés les 14 et 18 juin dans les fossés de la citadelle d’Arras. Leurs corps, encore revêtus de leurs bleus de travail et jetés sans sépulture dans une fosse commune ont été découverts à la libération d’Arras. Une centaine des autres condamnés fut déportée dans les camps de concentration. Bien des incertitudes demeurent sur l’origine des ordres qui avaient été donnés pour cette opération.
Albert Carré, engagé dans cette opération fut arrêté le 9 juin 1944 dans la région de Vadancourtet (Pas-de-Calais) par les autorités allemandes pour « menées communistes et détention illicite d’armes et d’explosifs ». Condamné à mort le 11 juin par le tribunal militaire OFK 670 d’Arras, il a été fusillé le 14 juin 1944 à 20 h 15 à la citadelle d’Arras.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152678, notice CARRE Albert par Raynald Daubresse, Christian Lescureux, Delphine Leneveu, version mise en ligne le 23 janvier 2014, dernière modification le 13 mars 2017.

Par Raynald Daubresse, Christian Lescureux, Delphine Leneveu

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M. 5022/1 et 51 J/6. – J.-M. Fossier, Zone interdite, Éd. Sociales, Paris, 1977, p. 274. – Jacques Estager, Ami, entends-tu, Messidor/Éd. Sociales, Paris 1986 p. 255-256. – Y. Le Maner, Fusillés et déportés du Nord-Pas-de-Calais (1940-1945), Lille, La Voix du Nord. – Étienne Dejonghe et Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande 1940-1944, Lille, La Voix du Nord, 1999, p. 346. – État civil, Arras. – Mémorial des fusillés d’Arras.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément