BARDAY Jules, Henri [dit Thaler] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche

Né le 22 septembre 1889 à Sermoyer (Ain), mort le 14 mars 1942 ; chauffeur ; anarchiste et syndicaliste.

Chauffeur, Barday résida 22, rue du Petit-Pantin, à Pantin, puis 10, rue du Chaudron à Paris 10e.

Le 1er février 1913 il fut arrêté au volant d’une voiture tandis qu’il sillonnait Paris avec un autre militant de la FCA. La voiture était couverte de grandes affiches appelant au meeting de la FCA en faveur du droit d’asile dans l’affaire Bonnot. Les autres militants de la FCA arrêtés à cette occasion (une autre voiture sillonnait Paris dans les mêmes conditions) étaient Albert Dureau, Léon Jahane et Lucien Belin.

En 1914, il fut exempté. Pendant la guerre, il fut pacifiste.

Adhérent au Syndicat des cochers-chauffeurs, il entra rapidement en conflit avec son secrétaire Fiancette, rallié à l’union sacrée. Le 11 août 1916, au Restaurant coopératif de la rue de Bretagne, Barday réunit 70 adhérents du syndicat qui formèrent un Groupe d’action syndicaliste révolutionnaire des cochers-chauffeurs du département de la Seine sur des bases zimmerwaldiennes. Le Groupe d’action fit signer une pétition réclamant la tenue d’une assemblée générale des syndiqués et revendiqua 1 500 signatures. En août 1916, Fiancette attaqua le Groupe d’action dans Le Réveil des cochers et chauffeurs, ce qui lui valut une réponse par voie de tract signée de Barday, secrétaire du Groupe d’action.

À l’été 1917, après l’arrestation de Trotsky, il signa au nom du Groupe d’action des cochers-chauffeurs, l’appel à la défense des « socialistes maximalistes ».

Il fit également paraître un article (censuré), « La Révolution russe et les syndicats », dans La Tranchée républicaine du 8 août 1917, en défense de la révolution et des « maximalistes russes ».

Après-guerre, Barday fut membre du Comité de défense sociale, et figura parmi les reconstructeurs de la Fédération anarchiste. En parallèle il adhéra au Parti communiste de Raymond Péricat, estimant qu’il n’y avait là nulle incompatibilité. Il s’en expliqua dans Le Libertaire du 29 juin 1919.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154105, notice BARDAY Jules, Henri [dit Thaler] [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 19 avril 2014, dernière modification le 5 mai 2020.

Par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. PPo BA/882, 1513 et GA/J7 — AD de l’Ain — Le Libertaire du 29 juin 1919 — Alfred Rosmer, « Trotsky à Paris pendant la Première Guerre mondiale », La Révolution prolétarienne, octobre 1950.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément