ALLENDE Luciano [dit Toto] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né à Santander (Cantabrie) le 28 mai 1898, mort à Cannes (Alpes-Maritimes) le 23 janvier 1983. Ouvrier verrier puis apiculteur. Militant du Mouvement libertaire espagnol et de la CNT actif en France dans l’entre deux guerres. Déporté à Neuengamme pour sa participation à la résistance en Savoie.

Luciano Allende eut une enfance difficile. Emigré en France en 1913, peut-être pour échapper au service militaire, il travailla à la verrerie de Venissieux dans la banlieue lyonnaise. Il était alors âgé de quinze ans. Au printemps 1914 il arriva dans la région parisienne et travailla à la verrerie de Clichy. Il était déjà militant et s’était lié d’amitié avec Gaston Rolland.

Dans les années 1920 il participa aux activités des groupes anarchistes espagnols exilés et fréquenta Buenaventura Durruti et Francisco Ascaso. Il était également en contact avec les militants français de l’Union Anarchiste dont Louis Anderson dit Ander, administrateur du Libertaire de 1932 à 1939.

Rentré en Espagne lors de la guerre civile, il s’enrôla dans l’armée républicaine dans une untité confédérale où il combattit jusqu’à la fin du conflit.

Exilé en France en février 1939 il fut interné au camp d’Argelès puis à celui de Saint Cyprien avant d’être incorporé dans les Compagnies de Travailleurs étrangers (CTE).
Pendant l’Occupation il s’engagea dans la résistance en Savoie sous le pseudonyme de Toto ; il appartenait à une unité appelée "Bataillon de la mort". Il rendit de nombreux services à la résistance avant d’être arrêté par la Gestapo le 18 mars 1944 à Montmélian (Savoie) puis déporté en Allemagne au camp de concentration de Neuengamme. A la libération du camp en 1945 il fut photographié portant un autre déporté, ancien employé du lycée de Barcelone, sur ses épaules.

A son retour de déportation il milita à la fédération locale de Paris de la CNT en exil puis s’installa près d’Antibes où il exerçait le métier d’apiculteur avec sa compagne Mariette.

Luciano Allende continua de militer à la CNT et à la Fédération Espagnole des Déportés et Internés Politiques (FEDIP) jusqu’à sa mort survenue à Cannes le 23 janvier 1983. Ses cendres ont été dispersées dans le jardin du militant libertaire Paul Ferrare à Golfe Juan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154248, notice ALLENDE Luciano [dit Toto] [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 20 avril 2014, dernière modification le 3 mai 2020.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Hispania, n°78, juin 1983 (nécrologie) — Témoignage Louis Anderson, 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément