BOURSICOT Pierre, Georges

Par Yves Lequin, complété par Claude Pennetier

Né le 4 novembre 1899 à Saint-Sulpice d’Arnoult (Charente-Inférieure,-Charente-Maritime), mort le 17 septembre 1986 à Raizeux (Yvelines) ; agent des Contributions indirectes ; résistant de Libération-Nord ; militant syndical devenu haut-fonctionnaire.

Fils d’un instituteur et d’une institutrice, Pierre Boursicot se maria le 29 octobre 1923 à Saint-Savinien (Charente-Martime). Il entra comme surnuméraire aux Contributions indirectes au lendemain de son service militaire en 1922.

Pierre Boursicot, domicilié à Clichy (Seine), devint en 1928 secrétaire adjoint de la Fédération autonome des fonctionnaires et, au congrès de juin 1932, secrétaire général du Syndicat national des agents des Contributions indirectes. Membre du Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme, il fut condamné en 1934 à une amende de 100 francs pour « coalition de fonctionnaire » à la suite d’une manifestation le 16 mai place Saint-Sulpice. De 1936 à 1939, commis principal mobile à Montrouge, il assurait le secrétariat adjoint de la Fédération générale des Fonctionnaires ; au congrès confédéral de Nantes, en 1938, il fut l’un des signataires de la motion Syndicats ; il était, à la fin de 1940, le gérant du journal La Vie syndicale au moment de sa disparition.

Ayant cessé toute activité syndicale apparente, il devint sous l’Occupation l’un des responsables du bureau clandestin de la Fédération générale des Fonctionnaires et de Libération-Nord. Nommé préfet de la Charente en novembre 1943 par le comité d’Alger, il fut désigné le 19 août 1944 comme commissaire de la République à Limoges. Il fit sous la IVe République une carrière de haut-fonctionnaire, tour à tour Directeur général de la Sûreté nationale (1er avril 1946-23 février 1949), Inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire de la 9e région militaire (jusqu’au 18 décembre 1950) puis chargé de la réorganisation du SDECE, avant d’en devenir directeur (juin 1951) jusqu’à sa mise hors cadre (septembre 1957). Retraité comme préfet honoraire en 1964, il était devenu en juillet 1960, président du conseil d’administration de l’aéroport de Paris et il le demeura jusqu’en 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17637, notice BOURSICOT Pierre, Georges par Yves Lequin, complété par Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 21 février 2019.

Par Yves Lequin, complété par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo. 300 et 305. — Arch. J. Maitron. — D. Stephany, Le personnel de la CGT de 1936 à 1939, op. cit. — La France du Sud-Est, 7 juin 1926. — L’Humanité, 12 juin 1927. — La Creuse libre, 23 septembre 1944. — André Narritsen, Le syndicalisme des indirectes (1940-1968), Institut d’histoire sociale, 2005. - Roger Faligot, Jean Guisnel, Rémi Kauffer, Histoire politique des services secrets français de la Seconde Guerre mondiale à nos jours, La Découverte, 2012. — Entretien avec Claude Pennetier en 1985.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément