BRETON André [Ivry-sur-Seine]

Par Michèle Rault

Né le 20 avril 1906 à Paris (XVe arr.), mort à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) le 9 février 1984 ; militant de Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne) puis d’Ivry-sur-Seine ; volontaire en Espagne républicaine ; commandant FTP ; responsable aux cadres du Parti communiste en 1942 ; membre du bureau national de l’ANACR.

André Breton, cimentier, se syndiqua à la CGTU en août 1922 à l’âge de 16 ans. En septembre de la même année, il participa à Maisons-Alfort à la formation d’un cercle des Jeunesses communistes. Il fut arrêté avec deux autres jeunes communistes. En 1928, après son service militaire, il s’établit à Ivry-sur-Seine. Il milita aux Jeunesses communistes jusqu’à son adhésion au Parti communiste en 1932. Il devint garde du corps de Maurice Thorez en 1934. En juin 1936, il se mit à la disposition du centre syndical et obtint l’arrêt du travail dans plusieurs entreprises et chantiers du bâtiment.

Le 18 novembre 1936, avec plusieurs centaines de brigadistes réunis à Ivry, il rejoignit les rangs des volontaires en Espagne républicaine. Commissaire politique de compagnie au 10e bataillon (Henri Vuillemin), de la 13e Brigade internationale (Dombrowski), il fut rapatrié sanitaire en septembre 1937. Il a été ainsi dépeint : "115 kilos, des bras comme des cuisses, un cou de taureau, cimentier-boiseur [...], ex-garde du corps de Maurice Thorez".

Du 28 décembre 1938 au 1er ;septembre 1939, il fut embauché par la ville d’Ivry-sur-Seine au service des bains-douches. Prisonnier de guerre en 1940, il fit deux tentatives d’évasion. Très malade, il fut libéré en octobre 1942 et rejoignit les FTPF d’abord dans l’Aveyron puis dans la région parisienne sous le nom de commandant Andrex. Il fut, en mars 1942, responsable aux cadres du Parti communiste. Il servit avec le grade de commandant dans l’état-major FFI d’Île-de-France dirigé par Rol-Tanguy. De la Libération à la fin 1945, il fut adjoint au comité militaire national des FTPF puis collaborateur du comité central du Parti communiste jusqu’en 1947.

Il reprit son travail dans le bâtiment comme chef de chantier. En mai 1952, il fut arrêté lors de la manifestation contre la venue du général américain Rigway et interné à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne]. Il se consacra à la création de l’AVER (Association des volontaires en Espagne républicaine) et en fut trésorier en août 1946 puis un des quatre secrétaires nationaux en 1949. Il était président de la section d’Ivry de l’AVER et membre du bureau national de l’ANACR.

Il s’était marié à Ivry-sur-Seine, en 1959 avec Paula Jockin, secrétaire, puis en 1982 avec Simonne Richoux.

André Breton était chevalier de la Légion d’honneur, décoré de la Croix de guerre, médaillé de la Résistance française.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17883, notice BRETON André [Ivry-sur-Seine] par Michèle Rault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 5 février 2012.

Par Michèle Rault

SOURCES : Arch. AVER.- Arch. André Marty, S I. — Delperrie de Bayac, Les Brigades internationales, Paris, Fayard, 1968. — Discours d’Henri Rol-Tanguy aux obsèques d’André Breton. — Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — Témoignage d’André Breton, 1982.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément