GIRARD Étienne

Par Jean Louis Ponnavoy, Michel Thébault

Né le 1er avril 1888 à Gascougnolles, commune de Vouillé (Deux-Sèvres), exécuté sommairement le 1er septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; agriculteur ; résistant réseau Alliance.

Fils de Jacques Girard, cultivateur et de Françoise Victoire Bonnet, il était cultivateur à Mougon (Deux-Sèvres). Après son service militaire accompli d’octobre 1909 à septembre 1911, il épousa le 16 avril 1912 Zélia Adèle Fleury, dont il eut une fille Raymonde. Mobilisé en août 1914, il arriva au front dès le 10 août au sein du 25ème régiment de dragons. Il fut ensuite détaché comme ordonnance à la mission française attachée à l’armée britannique de février à novembre 1915, avant d’être affecté au 13ème régiment d’artillerie. Il fit tout le reste de la guerre dans plusieurs régiments d’artillerie successifs avant d’être démobilisé le 14 juillet 1919.
Redevenu agriculteur à Mougon, il s’engagea dans le mouvement coopératif et mutualiste, puissant dans la région Charentes et Poitou, devenant président local d’une coopérative de consommateurs, ayant ouvert de nombreux magasins dans la région et communément appelée la Coop. Membre de la communauté protestante très engagée dans la Résistance, et ami du pasteur de Mougon Yann Roullet, il s’engagea à ses côtés au sein du réseau Alliance. Son rôle dans le réseau était principalement de servir de refuge pour héberger et de cacher les « agents en péril ». Mais un des membres du réseau, qui avait commis un attentat contre la base sous-marine de La Rochelle – La Pallice, fut arrêté après avoir été hébergé chez Etienne Girard, à son retour à La Rochelle. Interrogé il livra les informations suffisantes pour permettre l’arrestation d’Etienne Girard.
Déporté sous la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard") à destination du camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où il arriva avec les autres déportés du secteur de La Rochelle par le convoi du 29 avril 1944. Il fut interné au block 10 avec tous les autres membres du réseau.
Devant l’avance alliée les 106 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Étienne Girard, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 vers le camp de concentration du Struthof, où ils furent dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, abattus d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution puis incinérés directement dans le four crématoire du camp, situé dans le même bâtiment.
Reconnu Mort pour la France, il fut déclaré "Mort en déportation" par arrêté du 6 juillet 1993. Il reçut à titre posthume La Légion d’honneur et la Médaille de la Résistance.
Son nom a été donné à l’avenue principale de Mougon, il figure également sur une plaque du monument aux morts de Vouillé ainsi que sur la plaque commémorative du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article181206, notice GIRARD Étienne par Jean Louis Ponnavoy, Michel Thébault, version mise en ligne le 27 mai 2016, dernière modification le 31 juillet 2020.

Par Jean Louis Ponnavoy, Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres (Etat civil, registre matricule) — Renseignements familiaux Mr. Guy Prévost (petit-fils d’Etienne Girard) — Marie-Madeleine Fourcade L’Arche de ¨Noé Ed. Fayard 1968 —Mémorial de l’Alliance, 1948 — Conservatoire de la résistance et de la déportation des Deux SèvresFondation pour la mémoire de la déportation — Mémoire des Hommes — Mémorial Genweb — Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof".

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément