TAUDOU Louis

Par Georges Portalès

Né le 20 août 1925 à Marcorignan (Aude) ; dessinateur industriel, résistant, socialiste ; sergent FFI, membre de l’État-major FFI de la région toulousaine, membre de l’État-Major de la 17 région militaire ; chef d’entreprise.

Louis Taudou
Louis Taudou

Louis Taudou est le fils unique d’une famille de petit agriculteur-viticulteur. Après avoir scolarisé dans l’école primaire de son village natal, il intégra le collège Victor Hugo à Narbonne (Aude), puis l’école professionnelle dans cette même ville. En octobre 1940, il passa avec succès le brevet et un CAP industriel.

En 1942, Louis Taudou fut dessinateur projeteur chez Fernand Vidal architecte à Narbonne. En octobre 1943, Louis et son père furent requis par l’occupant pour le travail obligatoire, ils exécutent des travaux sur des sites défensifs. Il s’évada en empruntant le chemin de halage qui borde le canal du Midi, après diverses péripéties, il atteignit Toulouse (Haute-Garonne). Le voici chez son cousin Moïse qui tenait un atelier de cycles au 145 Route d’Agde . Un ami de Moïse contremaître à l’usine Dewoitine le fait embaucher à la SNCASE « Société Nationale Construction Aéronautique Sud Est » et le fait entrer dans la résistance.

Louis Taudou entre donc comme dessinateur à Saint-Eloi 50. L’usine fabrique des avions « Junker JU 88 » pour l’armée allemande ; Il obtint une carte de travail, qui lui servit de « Laissez-passer permanent » pour circuler de jour comme de nuit dans les usines aéronautiques toulousaines. Louis participa alors à des actions de sabotage.
Fin janvier 1944, Louis Taudou intègra le réseau de Roger Fontaneau, professeur au lycée de Garçons qui constitua à Toulouse, un groupe de Francs-Tireurs et Partisans Français « FTPF ». On retrouve dans la Résistance, outre Henri Plandé et Roger Fontaneau, la présence des professeurs, Paul Debauges, de Jean -Pierre Vernant, de Raymond Badiou, futur maire de Toulouse, d’Henri Docquiert, secrétaire de Raymond Naves et auteur du récit sur la Résistance toulousaine « Églantine et Vert-de-Gris ». En août 1944 Jean-Pierre Vernant dit Berthier et le Colonel Serge Ravanel dirigèrent les FFI- Forces Françaises de l’Intérieur de la région toulousaine.

Après un bref passage dans un Hôtel mal fréquenté de la rue Riquet, Louis Taudou aménagea chez Édouard, un cheminot qui conduit une locomotive tractant des lourds convois pour le compte de l’armée allemande. Édouard est un travailleur consciencieux et insoupçonnable : il à la confiance des allemands. Édouard naïvement donna à Louis Taudou de précieux renseignements qui partiront à Londres.

Le 19 août 1944, les FFI sous le commandement de Serge Ravanel engagèrent le combat pour la libération de Toulouse. Les Allemands voulaient utiliser les trains pour se replier : Les Résistants Cheminots vont mener combat et libérer la Gare Matabiau : premier édifice toulousain où flotta le drapeau de la France libre. Louis Taudou fut parmi ces combattants .

Louis Taudou fut appelé à l’État major Départemental des Forces Françaises de l’Intérieur « FFI » de Toulouse qui s’installa au Grand Hôtel de la Poste rue d’Alsace Lorraine. Il eut pour mission de répertorier les forces de la Résistance disponibles dans la ville. Il s’acquitta de cette tache avec le plus grand soins. Il inscrivit sur un grand tableau les 75 différents groupes des FFI stationnés en ville, avec le nombre de résistants, leur chef, leur lieu de cantonnement, les véhicules et les armes dont ils disposent. Le service qu’il dirigeait était composé d’une vingtaine de camarades. Les renseignements qu’ils recueillirent permit d’établir les cartes d’identité FFI avec les numéros : ils traitèrent dix huit mille fiches et délivrèrent un grand nombre de cartes d’identité FFI. 

Louis Taudou participa avec Roger Fontaneau à la création de VAINCRE le journal FFI de la région toulousaine imprimé dans les locaux de La Dépêche rue Matabiau. En décembre 1944, Louis Taudou reçoit un ordre émanent du général Collet, qui lui demande de rejoindre l’Etat-major Régional pour être affecté au 2e bureau du service secret du Chiffre en formation. Le 1er mai 1945, Louis Taudou fut affecté au premier bataillon, 1re compagnie caserne Niel. Il fut sergent et dut instruire les appelés de la classe 43.
Démobilisé, Louis Taudou devient dessinateur au service architecture de la ville de Narbonne. Il dessina la nouvelle station de Narbonne-plage. Il fut militant socialiste.

En 1946, Louis Taudou et Louisette se marièrent. En 1948, ils créèrent à Canet-d’Aude une entreprise vente et installation de Télé, Radio, Électro-ménager. En 1954, ils eurent un fils Bernard qui sera architecte à Paris.

Louis Taudou a rassemblé ses souvenirs de résistant dans un livre qu’il a intitulé Libérer Toulouse, Vouloir Vivre Libre, préfacé Serge Ravanel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186574, notice TAUDOU Louis par Georges Portalès, version mise en ligne le 7 novembre 2016, dernière modification le 29 décembre 2017.

Par Georges Portalès

Louis Taudou
Louis Taudou
Le livre de Louis Taudou
Le livre de Louis Taudou

SOURCES : Livre de Louis Taudou, Libérer Toulouse, Vouloir Vivre Libre, autoédition ref : ISBN-2-9514306-0-4, achevé d’imprimé en novembre 2000 Imprimerie Lézignanaise 11200Lézignan-les Corbières. — CD-ROM la Résistance en Haute-Garonne produit par l’AER (Association pour des études sur la résistance intérieure).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément