LAGOGUET André, Léon, Maurice

Par Jean-Louis Ponnavoy, Jean Belin

Né le 23 novembre 1916 à Boëssé-le-Sec (Sarthe), mort le 6 août 2003 à Talant (Côte-d’Or) ; coiffeur, employé des industries chimiques et militaire de carrière ; syndicaliste CGT de la Chimie et dirigeant de l’UD de la Côte-d’Or ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) en Bretagne.

Fils de Léon Lagoguet, ouvrier d’usine, et de Pauline Maris, ménagère, quatrième d’une fratrie de cinq enfants, après la fin de sa scolarité, André Lagoguet s’engagea comme volontaire dans la Marine nationale à Brest (Finistère) en 1936. Démobilisé à Toulon (Var) en janvier 1941, il regagna Brest. Il s’installa à Landerneau (Finistère) au 11 rue du commerce. De mai 1941 à juin 1943, il fut embauché comme coiffeur. Il se maria le 21 septembre 1942 à Saint-Urbain (Finistère) avec Marie Louise Velly avec laquelle il eut deux filles.
A partir de juin 1943, il entra à l’arsenal de Brest et investit la Résistance en septembre 1943 au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) sous le pseudonyme « Dédé Paul ». Il distribua la presse clandestine et effectua avec son groupe plusieurs sabotages de lignes ferroviaires. Il fit sauter le tunnel de Quimerc’h (Finistère) le 16 mars 1944 provoquant le déraillement d’un train de 14 wagons et interrompant le trafic durant six jours.
Le Sicherheitsdienst (S.D.) de Rennes enquêta sur André Lagoguet et son groupe de résistants du secteur de Landerneau. Recherché, il quitta Landerneau pour trouver refuge à Plonévez-du-Faou (Finistère).
Avec quelques résistants qui vont l’accompagner, il constitua un nouveau groupe, le maquis de l’Etoile Rouge qui va prospérer en effectuant plusieurs actions contre l’occupant. Le groupe se transforma pour devenir la Compagnie FTP Corse. A compter du 15 juillet 1944, le groupe FTP va travailler en coordination avec les F.F.I. de Brest.
Il rencontra, Suzanne, sa future épouse et son frère Charles Couche, tous deux résistants originaires de Dijon (Côte-d’Or) et traqués par la Gestapo, qui furent envoyés en région bretonne. Lors du siège de Brest, André Lagoguet était à la tête du Bataillon FTPF Georges Le Gall de Landerneau, prenant le commandement de quatre compagnies de combat, soit quelque 350 hommes. Après la reddition allemande dans la poche de Brest, il intégra l’armée française comme capitaine de compagnie jusqu’à la dissolution de la 19e Division d’infanterie en 1946.
Il vint s’installer avec Suzanne à Dijon et fut embauché aux raffineries et Savonneries Konrad à Dijon ou il devint secrétaire de la section syndicale CGT de l’usine qu’il constitua. Il était, en avril 1949, secrétaire général du syndicat CGT des Industries chimiques et de pétroles de Dijon et de Côte-d’Or. Il succéda à Ulysse Domboy dans cette responsabilité. Il fut élu membre de la commission administrative et du bureau de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or au 31ème congrès de juin 1950. Il reprit ensuite du service dans l’armée jusqu’en 1968.
Il épousa en secondes noces Suzanne Couche, employée chez Amora, le 14 août 1953 à Dijon (Côte-d’Or), résistante, et avec laquelle il eut trois enfants. Il était domicilié à Talant lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192448, notice LAGOGUET André, Léon, Maurice par Jean-Louis Ponnavoy, Jean Belin, version mise en ligne le 6 juin 2017, dernière modification le 16 septembre 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy, Jean Belin

SOURCES : Arch. municipales Dijon, 7 F 4. — Arch. Dép. de la Sarthe, état civil, recensement de la population. — Arch. IHS CGT Côte-d’Or, fonds de l’UD. — Le Télégramme, édition du 6 avril 2017, témoignage de sa fille Anne-Marie en juillet 2020. — Service historique de la Défense, Vincennes GR16P 330627. — Renseignements fournis par son beau-frère, Jean Couche en juillet 2020. — Archives FFI de Brest, documents relatifs au Bataillon FTP de Landerneau. — Secher Reynald, Histoires de Résistance en Bretagne, éditions Presses de la Cité, 1994. — Le Bras Joël, Du groupe Giloux au Bataillon Giloux – 1943 à 1944, 2001.

Version imprimable Signaler un complément