DANEL Marceau

Par Nicolas Bué

Né le 1er décembre 1920 à Coulogne (Pas-de-Calais), mort le 8 février 1970 à Paris ; ouvrier du bâtiment puis permanent communiste à Calais (Pas-de-Calais) ; secrétaire de l’Union locale CGT (1950-1951), puis secrétaire de la section de Calais du PCF (1953-1970), membre du bureau de la fédération PCF du Pas-de-Calais (1963-1970) ; conseiller municipal (1953-1959, 1969-1970) ; conseiller général de Calais (1967-1970).

Fils de Marceau Léon Danel, manoeuvre et mécanicien (1900-1989) et de André Fasquelle, sans profession (1899-1990), marié le 4 mars 1922 à Marck (Pas-de-Calais), avec Mathilde Davoine, enseignante, Marceau Danel eut deux fils. Il débuta sa carrière professionnelle comme ouvrier du bâtiment. Il adhéra alors au syndicat du Bâtiment, Bois et Travaux publics de Calais et environ dont il devint l’un des dirigeants. Son engagement syndical l’amena à la tête de l’Union locale CGT (1950-1951), où il anima la grève du bâtiment de 1950-1951.

Marceau Danel adhéra au Parti communiste en 1944. D’abord secrétaire de la cellule de Marck (Pas-de-Calais) - qui porte aujourd’hui son nom -, il devint secrétaire de la section de Calais en 1953, responsabilité qu’il remplit jusqu’à son décès. Dans ce cadre, outre sa participation aux activités militantes des organisations ancillaires du PCF (il fut membre des Comités de défense de Liberté de 1960 à 1969, à la cellule Joliot-Curie à laquelle il appartint), il fut rédacteur du journal de la section locale du Parti, Le Travailleur calaisien. Il fit alors des écoles centrales d’un mois et de quatre mois. Rédacteur à Liberté, il entra au comité fédéral du Pas-de-Calais en 1957. Permanent, responsable aux cadres, il siégea au bureau fédéral du XVIIe congrès de la fédération du Pas-de-Calais, les 22 et 23 janvier 1963, jusqu’à sa mort.

Tête de liste du PCF à toutes les élections municipales à partir de 1953, il fut conseiller municipal de 1953 à 1959 puis du 9 mars 1969 (élection municipale partielle) à sa mort en 1970. Il fut de même candidat du PCF à toutes les élections législatives entre 1958 et 1968 dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais, chaque fois battu par le candidat gaulliste, Jacques Vendroux. Candidat malheureux aux élections cantonales de 1952 et 1961, il fut élu conseiller général du canton de Calais Nord-Ouest le 8 octobre 1967.

Il décéda d’une embolie consécutive à une opération le 8 février 1970, à Paris.

La famille nous écrit : "L’histoire familiale dit que s’il n’était pas décédé, il se serait présenté à la candidature pour la mairie de Calais, avec des chances sérieuses de gagner. Le maire de calais qui a été élu était un membre du parti communiste qui a été désigné suite au décès de Marceau Danel. Ce dernier est resté maire de Calais pendant 30 ans."

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21373, notice DANEL Marceau par Nicolas Bué, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 janvier 2018.

Par Nicolas Bué

Profession de foi des élections législatives de 1962
Profession de foi des élections législatives de 1962
Profession de foi des élections législatives de 1967
Profession de foi des élections législatives de 1967

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Arch. de la section de Calais du PCF. — Arch. Com. Calais, série 17W. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, 1W7684 et 2Z256. — André Wiart, Calais, la vie économique et sociale, Institut régional CGT d’histoire sociale Nord/Pas-de-Calais, 1989. — Nord Littoral, 9 février 1970. — La Voix du Nord, édition de Calais, 9 février 1970.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément