CORSON Gabriel

Par Jacques Omnès

Né le 12 septembre 1890 à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; cheminot à Château-Gontier (Mayenne) ; militant de la CGT puis de la CGTU ; militant communiste.

Avant la scission syndicale consommée au niveau départemental par le congrès de l’UD-CGT du 26 mars 1922, Gabriel Corson fut secrétaire du « syndicat des employés de chemins de fer de Château-Gontier » créé en 1919 (92 membres en 1921).
Il conserva ce poste après la scission dans le syndicat unitaire des cheminots de Château-Gontier créé le 30 mars 1923 (35 membres environ). En octobre 1923 il rendit compte devant ses camarades de son mandat de délégué au VIe congrès de la Fédération (CGTU) et l’ordre du jour suivant fut adopté à la majorité :
« Les cheminots de Château-Gontier réunis en assemblée générale, après avoir entendu leur délégué au congrès fédéral ;
« Approuvent les votes effectués par le camarade Corson à ce congrès, notamment en ce qui concerne l’adhésion de la CGTU à l’ISR ;
« Déclarent se trouver en conformité d’idées avec la résolution Semard concernant les discussions du dernier CCN et ayant trait aux commissions syndicales du Parti communiste ;
« Font confiance à la Fédération en ce qui concerne nos revendications et le front unique ;
« Se séparent aux cris de « Vive la Fédération ! Vive le syndicalisme révolutionnaire au sein de l’ISR et vive la CGTU. »
Gabriel Corson était également secrétaire de la section communiste créée à Château-Gontier à la suite de la réunion publique organisée dans cette ville à la fin du mois de juin 1923 par Paul Bazin, conseiller général de la Seine-Inférieure et délégué à la propagande pour l’Interfédération de Bretagne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article2543, notice CORSON Gabriel par Jacques Omnès, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 19 juin 2012.

Par Jacques Omnès

SOURCES : Arch. Dép. Mayenne, 1 W 2756 et 2884, M 3061. — La Bretagne Communiste, 30 juin 1923. — La Gazette de Château-Gontier, 9 décembre 1923. — Le Syndicaliste de l’Ouest, 1er novembre 1923.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément