SAINT-PAUL Adolphe

Né le 23 septembre 1826 à Nice (Alpes-Maritimes) ; demeurant à Paris, 11, rue Charles V (IVe arr.) ; typographe ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était veuf, père de trois enfants. De 1858 à 1861, il avait subi cinq condamnations pour vols et escroquerie, dont l’une à deux ans de prison et cinq ans de surveillance ; les renseignements obtenus sur lui étaient peu satisfaisants.
Pendant le 1er Siège, il était sergent-major dans la 4e compagnie du 183e bataillon de la Garde nationale et fut nommé, le 25 février 1871, agent-comptable à la 1re compagnie sédentaire du même bataillon, fonction qu’il continua d’exercer sous la Commune de Paris.
Adolphe Saint-Paul se confond sans doute avec le nommé Saint-Paul, adjudant, commissaire de la Commission provisoire des officiers et adjudants payeurs de la Garde nationale qui réunissait, sous la présidence de Lamelhon, les commissaires Broussagol, Saint-Paul et Thibolot (J.O. Commune, 1er avril 1871).
Son commandant fut tué vers le 8 mai ; Saint-Paul ne fit plus aucun service jusqu’au 24, dit-il ; on le força alors d’aller à la barricade de la Bastille ; il rentra chez lui au bout de quelques heures.
Arrêté le 26 mai, il fut condamné, le 8 janvier 1872, par le 13e conseil de guerre à la déportation simple et à la privation des droits civiques ; en déportation, il fut autorisé à résider à la Grande-Terre le 25 juin 1876, auprès de sa fille ; le 12 mars 1878, il fut condamné à cinq ans de prison pour vol au préjudice de la personne chez qui il travaillait ; le 27 novembre 1879, il vit sa peine commuée en cinq ans de bannissement ; il était alors bien noté (rapport du 24 décembre 1879) ; il rentra par le Tage.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article70500, notice SAINT-PAUL Adolphe, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 6 juillet 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/744, n° 3253. — Arch. Min. Guerre, 13e conseil (n° 124).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément