LEROUX Carmen [née HAUSS Carmen]

Par Madeleine Leveau-Fernandez

Née le 11 novembre 1936 à Paris (XIIIe arr.), morte le 14 septembre 2009 à Gentilly (Val-de-Marne) ; infirmière ; maire communiste de Gentilly (1977-1997) ; vice-présidente de l’Office public intercommunal d’HLM d’Arcueil-Gentilly (1977-1995).

Carmen Hauss était la fille d’une infirmière de nuit à l’hôpital des enfants malades et d’un employé municipal. Elle fut légitimée par le mariage de ses parents en février 1942 à Gentilly. Ses parents, militants communistes, la prénommèrent Carmen en hommage au Front populaire espagnol. Elle grandit dans le quartier Victor-Hugo/Charles Calmus, quartier gentilléen connu pour sa grande précarité, jusqu’à ce que ses parents obtiennent un logement HLM à la cité du Chaperon Vert, en 1957. Elle fréquenta l’école Henri-Barbusse, puis le collège technique d’Arcueil où elle obtint un CAP de teinturière. Sa vocation était ailleurs et elle se fit embaucher comme employée des hôpitaux. Parallèlement à ses activités professionnelles et politiques, elle poursuivit ses études afin d’obtenir son diplôme d’infirmière.

Carmen Hauss épousa Robert Le Roux en mars 1962 à la mairie de Gentilly, le jour même de l’enterrement de Charles Frérot.. Le couple eut deux fils, Jérôme et Sébastien. Militante du Parti communiste français, Carmen Le Roux a vingt-neuf ans lorsqu’en 1965, elle devint adjointe aux affaires sociales, à l’enfance et à l’enseignement sous la mandature d’Hélène Edeline. Après que celle-ci eut quitté ses fonctions, Carmen Le Roux fut élue maire de Gentilly avec 70,5 % des voix. Son mandat de premier magistrat de la ville fut renouvelé à chaque élection, pendant 20 ans, dès le premier tour.

Pendant plusieurs années la seule femme maire du Val-de-Marne, elle orienta, dès sa première élection, son action vers la petite enfance, le logement social, la santé, l’emploi et la rénovation des quartiers. Lorsque dans les années 80, les usines de Gentilly fermèrent les unes après les autres, elle n’hésita pas à apporter physiquement son soutien aux ouvriers en lutte. Carmen Le Roux joua un rôle actif en faveur du logement social en assurant la vice-présidence de l’Office public intercommunal d’HLM d’Arcueil-Gentilly du 26 mai 1977 au 25 octobre 1995. En 1998, elle reçut les insignes de chevalier de l’Ordre national du mérite des mains d’Hélène Edeline.

De par ses origines et sa condition sociale, Carmen Le Roux fut une femme simple, « grande gueule », disponible, connaissant parfaitement les habitants de sa ville qui reconnaissaient en elle une des leurs.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75163, notice LEROUX Carmen [née HAUSS Carmen] par Madeleine Leveau-Fernandez, version mise en ligne le 10 novembre 2009, dernière modification le 25 avril 2013.

Par Madeleine Leveau-Fernandez

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — G. Blanc-Césan, Les maires du Val-de-Marne,1988. — Les nouvelles du Val-de-Marne, 24 mars 1989. — Arch. Com. Gentilly, série : 174 AE (élections municipales 1965/71). — L’Humanité. — Entretien réalisé avec Carmen Le Roux en 1999 — M. Leveau-Fernandez, OPIHLM d’Arcueil-Gentilly, 50 ans d’engagement, 1999 — Vivre à Gentilly, n° 215, novembre 2009. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément