BESSON Léopold, Émile, Eugène

Par Robert Balland, Nadia Ténine-Michel

Né le 22 octobre 1883 à Roye (Somme), mort à Athis-Mons (Seine-et-Oise) le 17 décembre 1954 ; métallurgiste ; membre militant du Parti communiste, maire adjoint puis maire d’Athis-Mons.

Né d’un père garçon-restaurateur et d’une mère sans profession résidant tous deux à Paris, Léopold Besson se maria en 1908 à Saint-Amand (Nièvre), puis se remaria en 1921 à Athis- Mons. I1 fut un des acteurs principaux de la crise politique qui secoua cette commune dans les années 1920-1930, marquée par un nombre élevé d’élections municipales. Cette crise résultait de la conjonction de plusieurs facteurs :une croissance démographique de près de 80% entre 1921 et 1936, notamment par l’implantation de lotissements qui se révélèrent défectueux, la politique assez aventureuse menée par une des premières municipalités communistes du département et enfin la rupture avec le PCF du maire Marius Paquereaux.

Léopold Besson fut élu premier adjoint en 1925 puis révoqué en 1927 pour s’être opposé à la police lors de la manifestation du premier mai. Réélu par le conseil municipal en 1928,il refusa 1e poste par défi, de même que le maire Bertrand Maupomé. Réélu conseiller municipal en 1929, i1 fut élu maire en juillet 1931 après la démission de Paquereaux. Mais la liste communiste fut battue par ce dernier en juillet 1932 lors de nouvelles élections. Léopold Besson fut élu conseiller général du canton de Longjumeau en octobre 1934 face à Paquereaux, puis maire d’Athis-Mons en juin 1936 après dissolution de la municipalité Paquereaux. Dans ces mandats, il se montra militant discipliné et, selon le préfet, "consacrait ses efforts à la défense d’une population récemment fixée et encore mal pourvue des facilités d’habitation et de transport". Lui-même habitait un lotissement défectueux et il siégea au conseil d’administration de la caisse départementale d’aménagement créée pour faciliter l’application de la loi Sarraut en accordant les crédits nécessaires.

Le 31 mai 1935, aux côtés du maire de Villeneuve-le-Roi, Bonneval et du député Midol, il fut un des orateurs au meeting organisé par la municipalité communiste de Villeneuve-le-Roi : il s’agissait de soutenir les grévistes de l’entreprise de chantiers Deschiron au nom du Parti communiste et du syndicat unitaire.

Le 10 février 1940 était prononcée la déchéance de Besson. I1 fut interné en Algérie. Il ne participa plus ensuite à la vie politique locale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article99906, notice BESSON Léopold, Émile, Eugène par Robert Balland, Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 29 décembre 2011.

Par Robert Balland, Nadia Ténine-Michel

SOURCES : Arch. Nat. F7/13134, rapport du 25 décembre 1934. — Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2M16/19, 2M17,2M18/4, 29/6,30/8, 30/29, 4M2/26, 1W1024 et 1141

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément