AMIC Jean, Sidoine, François

Par Jacques Girault

Né le 24 décembre 1890 à Toulon (Var), mort le 26 juillet 1953 à Sanary (Var) ; chauffeur, puis ouvrier à l’Arsenal ; syndicaliste ; militant communiste.

Fils d’un ouvrier du port, originaire de Puget-Ville (Var), Jean Amic se maria à Paris (XVIe arr.) en octobre 1927. Il avait fait son service militaire dans l’artillerie, en 1912-1913 et avait été mobilisé d’août 1914 à octobre 1916. Il travaillait aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne (Var).

Devenu chauffeur d’autos, il était le secrétaire du syndicat CGTU des cochers et chauffeurs de taxis de Toulon en 1925. Il fut admis comme ouvrier de l’Arsenal maritime de Toulon à titre temporaire le 6 mai 1935 (ajusteur, artillerie navale) et devint ouvrier permanent le 16 février 1937. Il habitait alors Sanary et adhéra au Parti communiste en 1936. Il en démissionna par lettre le 20 novembre 1939.

Mais la police signalait ses activités communistes à La Seyne. Aussi fut-il licencié de l’Arsenal le 31 octobre 1940, pour « absence de travail ». Lors de sa réintégration, le 16 septembre 1944, Jean Amic était indiqué qu’il avait été sanctionné pour des raisons politiques. Affecté au service général en mars 1948, déclaré inapte le 1er juin 1948, il obtint une pension d’invalidité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10008, notice AMIC Jean, Sidoine, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 8 mai 2019.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 4 M 59 4 4. — Arch. Troisième Région mar. AN 9, dossier individuel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément