BILBRE Jean, Auguste, Marius

Par Jacques Girault

Né et mort à Toulon (Var), 9 juillet 1898- 13 mars 1968 ; ouvrier à l’Arsenal maritime de Toulon, puis employé communal ; militant syndicaliste ; militant socialiste.

Fils d’un journalier originaire de Nice, Jean Bilbre devint apprenti ajusteur à l’Arsenal maritime de Toulon, en septembre 1913. Il fut affecté dans l’aviation à Bordeaux en 1917 et réintégra l’Arsenal (atelier des machines) le 31 mai 1920. Congédié sur sa demande en avril 1923, il devait travailler au service de nettoiement de la ville. Il fut réadmis à l’Arsenal (pyrotechnie) en juillet 1923 et quitta définitivement cet emploi en décembre 1925.

Jean Bilbre se maria en mars 1919 à Toulon. Le couple eut un fils (voir Raymond Bilbre*).

Travaillant à l’atelier des torpilles, Jean Bilbre fut élu membre de la commission administrative du syndicat des travailleurs de la Marine, le 15 septembre 1922. Il en devint le secrétaire général après la démission de Joseph Natalini en octobre 1922. Lors de la première réunion le 17 octobre, il résuma son programme à la lutte pour l’autonomie syndicale et contre l’ingérence politique. Il voulut exercer un contrôle financier strict en présidant la commission de contrôle des dépenses du comité d’amnistie. Il était alors soupçonné par la police d’avoir des activités communistes, ce qui n’était pas fondé. Il était toujours secrétaire du syndicat, selon la préfecture, en janvier 1924. Au même moment, la police indiquait qu’il faisait partie du groupe anarchiste et antimilitariste, « La Jeunesse libre ».

Jean Bilbre entra à la mairie de Toulon comme ajusteur mécanicien à l’usine des gadoues, le 1er mars 1926, puis à l’atelier du nettoiement le 1er octobre 1926. Contrôleur de première classe en janvier 1937, il devint conducteur des travaux, le 20 mars 1944. Mis à la retraite d’office, le 1er novembre 1944, arrêté rapporté par le Préfet le 19 décembre 1945, il fut réintégré le 24 août 1949 et partit définitivement à la retraite, le 9 juillet 1963 comme adjoint technique.

Ami de Louis Gozzi, Jean Bilbre était le secrétaire adjoint de la section de Toulon du Parti socialiste français dans les années 1930. Son orientation était favorable aux forces de gauche. Il présida en décembre 1933, une réunion du comité de défense des inculpés de l’incendie du Reichstag ; il intervint à la Bourse du Travail, le 8 février 1934, pour soutenir le comité de grève lors de sa création. Il fut arrêté lors des événements du 9 août 1935. Régulièrement, il intervenait dans les réunions corporatives des employés municipaux.

JJean Bilbre rejoignit la CGT-FO. Membre de la commission exécutive de l’UD depuis mai 1957, puis du secrétariat de l’Union départementale du Var, il fut réélu secrétaire adjoint en 1959 et en 1962.

Jean Bilbre, "militant syndicaliste", fut candidat sur la liste du "Front démocratique pour la défense des libertés locales et des intérêts toulonnais", à direction socialiste SFIO, aux élections municipales de Toulon, le 14 mars 1965. Elle obtint 8 982 voix sur 95 789 inscrits.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article100117, notice BILBRE Jean, Auguste, Marius par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 15 février 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat. F7/13021, 13164. — Arch. Dép. Var, 4 M 46, 49 4 3, 59 4 2 ; 1905 W 82 et 83 ; 3 Z 2.5 , 4 21. — Arch. IIIe région maritime : 2 A 4/12, AN 4, dossier individuel. — Comptes rendus des congrès confédéraux CGT-FO de 1956, 1959 et 1961. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 28 mai 1959, 30 mai 1962. — Renseignements fournis par la Mairie de Toulon. — Notes de Louis Botella et d’Etienne Verniéri.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément