AMINOT Louis (provisoire)

Par Claude Pennetier

Né le 7 novembre 1941 à Octeville (Manche), mort le 15 avril 2018 à Brest (Finistère) ; technicien radio à Brest ; membre du bureau de la Fédération communiste du Finistère ; communiste reconstructeur.

Louis Aminot
Louis Aminot

Fils de Olivier Aminot marin pendant 18 ans devenu surveillant de travaux, et de Georgina Aminot, morte à trente-six ans laissant deux filles et un fils. Son père avait l’esprit militaire. Louis Aminot qui avait fréquenté aussi assidûment le catéchisme que le patronage laïque, obtint le CEP et un diplôme technique d’électromécanicien. Après son service militaire dans la Marine comme radiotechnicien, à Dakar (Sénégal) d’avril 1961 à septembre 1962, il se maria avec une dactylo, fille d’un charpentier bois, et travailla au DCAN Brest, équipement.

Apprenti à l’Arsenal, Louis Aminot qui avait un tempérament de révolté, adhéra à l’UJRF en 1956 mais il n’y resta que trois mois. Un ami marin lui ayant rapporté des États-Unis une médaille dédiée à James Dean, il fut accueilli par des rires à la réunion et claqua la porte.

Syndicaliste et membre des JC depuis 1958, il adhéra au PCF en 1963. La même année, il suivit une école élémentaire syndicale (février 1963) ; et un stage national JC (mars 1963). Il avait suivi une école centrale de quatre mois en 1968 et fit une d’école internationale d’un an en URSS .

La direction fédérale écrivait en avril 1964 : "Secrétaire fédéral des JC, il fut élu au bureau de la fédération communiste du Finistère en 1964 et devint secrétaire fédéral en 1974 et le resta jusqu’en 1985. Il était le collaborateur de Louis Le Roux. Il fut élu local de Brest pendant 24 ans, notamment maire adjoint aux sports. Lui même sportif, il avait fait des compétitions sportives.

Animateur du courant refondateur puis reconstructeur, le dimanche 25 mai 1986 il ne fut pas élu au nouveau comité fédérai lors de la conférence fédérale de réunification des fédérations du Nord et du Sud-Finistère du PCF qui se tint à Quimper, sous la présidence de Francette Lazard et de Julien Lauprêtre. Pourtant la liste proposée pour le nouveau comité fédéral comportait les noms de tous ceux qui avaient fait acte de candidature, dont celle de Louis Aminot, aucun candidat n’ayant été rejeté par la commission des candidatures, représentative de la diversité des délégués. Lors du dépouillement du vote auquel participèrent les 169 délégués, il n’obtint que 84 voix et n’atteignit pas la majorité absolue des 85 suffrages nécessaire pour être élu. Après un moment d’une rare violence, Louis Aminot quitta la salle, suivi par quelques délégués. Yvon Pichavant, Yvonne Lagadec et Paul Le Gall, qui avaient eux été élus, refusèrent leur élection et quittèrent le PCF comme Louis Aminot. Celui-ci s’installa alors en région parisienne.

Il devint un collaborateur de Stéphane Gatignon à la mairie de Sevran, chargé des relations publiques et à l’organisation des évènements, avant de prendre sa retraite à Brest. Il était pourtant très actif à Paris où il venait régulièrement intervenant dans les débats mémoriels sur la résistance (il était un ami de Maurice Kriegel-Valrimont) et la communisme. Il portait avec énergie la mémoire du COMAC.

Animateur de l’Association des Communistes unitaires, il fut un actif défenseur des emplois Défense dans le pays de Brest, dénonça l’absence de projet industriel. Co-président de Nautislus 21, il intervint le 1er juin 2016 à Fabien aux Rencontres internationales pour la Paix et dans l’Humanité du 3 août 2016 sur le "Désarmement mondial".

Membre d’Ensemble, il participa au Front de Gauche. Il collabora à Politis.
Personnage intense, amical, orateur, ce militant d’origine populaire était aussi un intellectuel, grand lecteur des ouvrages historiques, économiques et philosophiques. Il cultivait des amitiés dans des milieux divers, avec le philosophe Patrick Tort, avec

Mort d’un cancer le 15 avril 2018, l’hommage qui accompagna ses obsèques rassembla 550 personnes, salle Vgiuier au Patronage laïque Sanquer à Brest avec des interventions des ses amis brestois, de l’ancien maire de Brest et d’Anicet Le Pors.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10018, notice AMINOT Louis (provisoire) par Claude Pennetier, version mise en ligne le 5 avril 2018, dernière modification le 8 février 2021.

Par Claude Pennetier

Louis Aminot
Louis Aminot
Louis Aminot, meeting du 25 octobre 2014 à Pont-de-Buis

OEUVRE : Zef ou l’enfance infinie, Éditions Syllepse, 2008.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Liaison, bulletin d’information des communistes du Sud-Finistère, puis du Finistère (ISSN 076-9524), Juillet 1986, août 1986. — Bretagne Nouvelle, hebdomadaire des fédérations du PCF de Bretagne (1968-1981). Interview de Louis Aminot, « Après le coup de Pâques à Brest, N°3, mai 1980. — Témoignage de Louis Aminot. — Témoignage de Pierre Rainero.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément