AMIRAL Pierre, Marius

Par Jacques Girault

Né le 18 mai 1935 à Landeyrat (Cantal) ; instituteur ; secrétaire de section du Syndicat national des instituteurs (1965-1973) et de la section de la FEN du Cantal (1969-1982) ; militant socialiste.

Son père, ouvrier agricole, fabriquait aussi des jougs de bœufs et des toitures en chaume. Plutôt de droite, il évolua vers la gauche pendant la guerre. Sa mère avait des idées de gauche. Pierre Amiral reçut les premiers sacrements catholiques mais s’éloigna par la suite de toute influence religieuse. Élève au cours complémentaire d’Allanche (1945-1950), il fut reçu à l’École normale d’instituteurs d’Aurillac en 1950. Il obtint le baccalauréat en suivant, selon l’habitude de l’École normale, les cours du lycée de garçons Émile Duclaux d’Aurillac.

Sa formation professionnelle en 1953-1954 se déroula à l’annexe du lycée. Il commença son service militaire dans l’infanterie à Clermont-Ferrand (mars 1956-juin 1956) et fut affecté comme répétiteur à l’école des enfants de troupe de Billom (Puy-de-Dôme) jusqu’en juin 1957. Caporal-chef, il fut envoyé en Algérie (juillet-novembre 1957) avant d’être hospitalisé pour dysenterie amibienne puis démobilisé (20 mars 1958).

Marié religieusement en décembre 1956 à Chanet (Cantal) avec une institutrice, Pierre Amiral divorça en 1988. Leurs deux enfants furent baptisés.

Sa carrière d’enseignant fut d’abord rurale, en classe unique (Cézerat de Vernols, octobre 1954-février 1956, Latga de Tanavelle, avril-juin 1958), puis dans une école à deux classes (Loubaresse, septembre 1958-juin 1959, où il s’occupait aussi de la maison des jeunes et de la culture ; Chambernon de Neuvéglise, septembre 1959-juin 1962, où, il participa, avec les parents, à la construction d’une salle de classe). Dans l’école de Saint Illide (septembre 1962-juin 1968), il instaura la mixité. Puis bénéficiant d’une demi-décharge syndicale, il enseigna dans les cours agricoles annexés au collège de Saint-Cernin (septembre 1968-juin 1975), puis à Aurillac, classe de perfectionnement de l’école des Alouettes à Aurillac (septembre 1974-juin 1975), école de Marmiers (septembre 1975-juin 1982). Enfin il dirigea l’école Tivoli dans la préfecture (septembre 1982-mai 1990), d’abord, jusqu’en 1987, avec toujours une demi-décharge, puis, bien que pouvant bénéficier d’une décharge complète, exerçant un service allégé.

Pierre Amiral entra au conseil syndical de la section départementale du SNI comme délégué normalien en octobre 1953 et y demeura, y compris pendant son service militaire, jusqu’au 18 mai 1990, jour de sa cessation d’activité professionnelle.
Membre du bureau de la section en 1954, secrétaire adjoint de 1962 à 1965 puis de 1973 à 1982, secrétaire général de 1965 à 1973, Amiral signait régulièrement les professions de foi du courant majoritaire lors des élections du bureau nationale. Il siégea comme représentant du personnel à la commission administrative paritaire départementale de 1958 à 1990 et au Conseil départemental de l’enseignement primaire. Il participait régulièrement aux réunions nationales des responsables du SNI et intervint, lors de la Journée d’études du SNI (15-17 février 1952) sur les « Classes primaires, classe rurales, école annexes et d’application », sur la question des difficultés des jeunes en milieu rural. Il fut assesseur, lors de la séance du 9 juillet 1963 du congrès national consacrée à la vie et aux structures du syndicat, et à nouveau le 12 juillet 1965.
Il fut, en outre, membre du bureau départemental de la FEN avant d’en devenir le secrétaire général.

Parallèlement, Pierre Amiral militait à la Fédération des œuvres laïques (membre du Conseil d’administration), à la Mutuelle générale de l’Éducation nationale (commission administrative de la section départementale). Il présida les comités départementaux de l’UFOLEP-USEP (1970-1977) et de l’Association départementale de l’Éducation nationale (1975-1996) qui érigea, en 1964, la Maison de l’éducation hébergeait, à Aurillac, toutes les associations laïques hormis la MAIF, qui, à l’étroit, la quitta en 1976. Amiral fut la président de cette maison de 1975 à 1995.

Retraité, à partir de 1990, il présidait la MRI-FEN du Cantal et l’Union des Délégués départementaux de l’Éducation nationale.

Pierre Amiral adhéra au Parti socialiste en 1977 alors que son épouse était la secrétaire de la section. Il ne fut jamais candidat à des élections ou à des responsabilités, s’opposant à tout cumul de mandats politiques et syndicaux. Il démissionna du Parti socialiste en 1979 pour protester contre la visite au Pape, séjournant en France, de François Mitterrand, alors premier secrétaire. Il réadhéra au PS en 1981 pour « aiguillonner » la gauche au pouvoir. Il en démissionna à nouveau en 1990 après le congrès de Rennes. Il militait à la Libre pensée depuis 1958 et dans le mouvement occitan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10024, notice AMIRAL Pierre, Marius par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 22 septembre 2021.

Par Jacques Girault

ICONOGRAPHIE : Congrès départemental de la FEN (novembre 1967) : Amiral, deuxième à partir de la gauche, Christian Roth, secrétaire, quatrième.

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par le Centre Henri Aigueperse (UNSA-Éducation) et par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément