BLANC Dominique

Par Claude Pennetier

Né le 23 janvier 1874 à Bordeaux (Gironde), mort le 25 avril 1928 à Puteaux (Seine) ; employé communal, commerçant forain puis employé ; socialiste puis communiste après le congrès de Tours ; conseiller municipal communiste de Puteaux ; syndicaliste CGTU.

Fils d’un manœuvre et d’une ménagère, Dominique Blanc se maria le 8 septembre 1900 à Paris IVe arr. avec Caroline Chesneau, journalière, originaire de Seine-et-Oise. Sans enfant, ancien employé communal, Dominique Blanc vendait des chaussures sur les marchés. Il avait débuté en liquidant le stock de chaussures de la société coopérative « La Revendication » de Puteaux (Seine). Il fut déclaré en faillite le 21 novembre 1925. Blanc devint alors employé aux écritures dans une maison de Suresnes.

Il était, en 1920, secrétaire de la section socialiste de Puteaux, secondé par : Bernard Hubert (secrétaire adjoint), Léon Leroy (secrétaire adjoint), Sabatié (trésorier) et Grabot (trésorier adjoint). Favorable à la IIIe Internationale, il signa la motion Cachin-Frossard avant le congrès de Tours (décembre 1920) puis adhéra au Parti communiste en restant pendant un an secrétaire de la section communiste.

Dominique Blanc avait été élu conseiller municipal de Puteaux le 30 novembre 1919 (18 sur 30), sur la liste socialiste dirigée par Lucien Voilin. Toujours communiste selon la préfecture, il perdit son siège aux élections de mai 1925.

La police le signale en juin 1927, comme membre suppléant de la commission de contrôle de l’Union des syndicats CGTU de la région parisienne. Il mourut l’année suivante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article100329, notice BLANC Dominique par Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 3 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo. 300. — Arch. Dép. Seine, DM3 ; Versement 10451/76/1. — Arch. Com. Puteaux. — L’Humanité, 28 février 1920.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément