ANDRÈS Émile [ANDRÈS Joseph, Émile]

Par René Lemarquis

Né le 30 décembre 1895 à Granges-sur-Vologne (Vosges) ; mort en déportation en novembre 1942 à Auschwitz ; ouvrier du Livre ; militant communiste.

Émile Andrès était fils d’ouvriers tisseurs. Gérant du quotidien communiste La Dépêche de l’Aube le 28 avril 1928 après l’arrestation de Batonnier, il fut lui-même arrêté le 3 juillet 1928 pour un article sur l’action des réservistes paru dans ce journal. Il fut condamné le 27 juillet à six mois de prison et 500 F d’amende. Emprisonné, il fut présenté par le PC aux élections cantonales à Troyes le 7 octobre 1928 et obtint 1 219 voix sur 3 920 suffrages exprimés. Il fut également candidat communiste aux élections municipales de mai 1929. Il était alors l’un des secrétaires de la région troyenne du PC.
Le 20 octobre 1929 la commission régionale de révision du Parti annonça son exclusion temporaire pour « désintérêt après le 1er août, refus de répondre aux convocations et accusations infamantes envers un camarade ». Le mensuel de la CGT ayant attaqué le Secours rouge (SRI), il signa en octobre 1932 une lettre à Rousselet, responsable de cette organisation, pour déclarer que celle-ci lui avait toujours apporté de l’aide pendant son emprisonnement.
Entré dans la Résistance (FTPF), il fut arrêté le 26 février 1942 pour avoir distribué des tracts contre l’occupation allemande. Détenu à la prison de la rue Hennequin à Troyes, il fut interné à Compiègne puis déporté le 9 juillet 1942 à Auschwitz où il mourut. La Dépêche de l’Aube du 4 août 1945 déclara : « Nous perdons en lui un camarade courageux. »
Émile Andrès s’était marié le 8 janvier 1921 à Saint-Dié avec Marie, Marguerite Pierre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10066, notice ANDRÈS Émile [ANDRÈS Joseph, Émile] par René Lemarquis, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 10 novembre 2008.

Par René Lemarquis

SOURCES : La Dépêche de l’Aube, 1928-1929 et 4 août 1945. — Secrétariat d’État des Anciens combattants et victimes de guerre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément