ANDRIEUX Antoine, Charles

Par Antoine Olivesi

Né le 30 août 1916 à Bastia (Corse), mort le 10 mai 1983 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; mécanicien avant la guerre ; militant socialiste des Bouches-du-Rhône ; conseiller municipal de Marseille, sénateur des Bouches-du-Rhône (1974-1983).

[Sénat]

Fils d’un employé, Antoine Andrieux était, en 1936, secrétaire de la 11e section des Jeunesses socialistes à Marseille (élu pour l’année 1937). Il exerçait en 1939 la profession de mécanicien puis fut artisan chauffeur de taxi, responsable syndicaliste très influent, après la guerre. Secrétaire de la XIe section, il fut candidat aux élections municipales de 1947 dans le XIe canton élu conseiller municipal de Marseille en 1953 sur la liste SFIO conduite par Gaston Defferre et réélu en 1959. Il était alors régisseur aux emplacements et adjoint au maire pour les constructions scolaires. L’année précédente, il avait été candidat à une élection législative partielle, dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône, consécutive au décès de Jean Cristofol*. Cette élection de février 1958 fut très passionnée parce qu’elle opposa trois candidats dans le cadre de la ville de Marseille tout entière et de son arrondissement : Jean Fraissinet, armateur, directeur du journal Le Méridional-La France (indépendant), Pierre Doize*, communiste et, pour la SFIO, Antoine Andrieux. Ce dernier obtint, au premier tour, 70 031 voix sur 409 081 électeurs inscrits, soit 27,84 %, et arriva en deuxième position, derrière Pierre Doize. Le refus de Jean Fraissinet de se retirer au second tour entraîna l’élection de ce dernier dans un combat triangulaire, Antoine Andrieux n’ayant recueilli que 78 521 suffrages (28,62 %) contre 106 820 au candidat communiste. Il échoua, également, en novembre, au scrutin uninominal, dans la 3e circonscription.

Antoine Andrieux, administrateur de sociétés en 1965, chef d’entreprise en 1971, fut successivement réélu conseiller municipal en 1959 et en 1971 dans le 3e secteur de Marseille, sur la même liste que Gaston Defferre. En 1971, il fut élu sixième adjoint, délégué aux bâtiments communaux et au pesage. Administrateur du port autonome de Marseille, il fit partie d’une délégation qui se rendit en Égypte, en mars 1975, pour négocier la réouverture du canal de Suez. Ant. Andrieux a été réélu conseiller municipal et cinquième adjoint en mars 1977.

Il cumulait de nombreuses fonctions collectives : délégué du syndicat mixte d’aménagement et d’équipement de la région du Golfe de Fos, secrétaire du Port autonome de Marseille, président du syndicat mixte pour la réalisation du complexe industrialo-portuaire du port de pêche de Saumaty, président de la caisse interprofessionnelle artisanale de retraite vieillesse des Bouches-du-Rhône.

Fin 1973, il était devenu sénateur des Bouches-du-Rhône, en remplacement de Roger Delagnes, démissionnaire pour raisons de santé.

Le 1er janvier 1974, Antoine Andrieux, remplaça au Sénat Roger Delagnes*, démissionnaire pour raisons de santé. Réélu le 28 septembre 1980 – il était alors conseiller régional –, il mourut le 10 mai 1983 en cours de mandat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10076, notice ANDRIEUX Antoine, Charles par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 26 novembre 2008.

Par Antoine Olivesi

[Sénat]

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/219, 261, 433, 561. — Arch. communales de Marseille, listes électorales de 1939, 1956, 1959, 1968. — Le Petit Provençal, octobre 1936. — Le Provençal et autres quotidiens marseillais pendant les campagnes électorales de 1953, 1958 (février), 1959, 1965, 1971 (7 mars en particulier, avec photo), 1er avril 1977. — Indicateur Marseillais, 1974. — Antoine Olivesi et Marcel Roncayolo, Géographie électorale des Bouches-du-Rhône sous la IVe République, Paris, 1961, p. 199, 200 et 212. — Renseignements fournis par le militant lui-même. — Note d’A. Caudron et de G. Morin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément