ANGEL Félix

Par Paul Boulland

Né le 26 décembre 1924 à Fargnier (Aisne) ; ouvrier du bâtiment ; militant communiste et syndicaliste CGT ; secrétaire de l’UL-CGT de Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis) (1949-1953), permanent de l’UD-CGT de la Seine, secrétaire de l’UD-CGT de Seine-Saint-Denis ; membre de la commission de contrôle financier de la fédération communiste de la Seine (1951-1953) puis de Seine-Nord-Est (1953-1954) ; résistant FTP.

Félix Angel lors de l’occupation des usines Rateau de La Courneuve, en août 1974

Fils de Cimétéo Angel, manœuvre, et Josèphe Angel, sans profession, tous deux de nationalité espagnole et décrits en 1950 comme sympathisants communistes, Félix Angel était titulaire du certificat d’études primaires. L’un de ses deux frères, François Angel, fut volontaire en Espagne républicaine ; il succomba en 1945 des suites des blessures qu’il avait subies en Espagne. Felix Angel adopta la nationalité française en 1939. Domicilié au Blanc-Mesnil (Seine, Seine-Saint-Denis) durant la guerre, il entra en contact avec un groupe de jeunes résistants FTP espagnols à partir du printemps 1944 et y prit rapidement une part active en tant que chef d’un groupe d’une vingtaine de militants avec lequel il prit part à la libération de La Courneuve, du Bourget et d’Aulnay-sous-Bois. Après-guerre, il milita avec d’autres jeunes d’origine espagnole au sein d’un groupe des Jeunesses socialistes unifiées au Blanc-Mesnil et adhéra à la CGT en 1945. Dès sa majorité, il devint délégué syndical au sein de l’entreprise du bâtiment où il travaillait à Gennevilliers (Seine, Hauts-de-Seine). Etabli à Saint-Denis après son mariage au début de l’année 1947, il adhéra au Parti communiste français au début de l’année 1949. Après avoir suivi une école syndicale en 1948, il milita au centre inter-syndical CGT de Saint-Denis dont il devint permanent en juin 1949 comme secrétaire général.

Également membre du bureau de la section communiste de Saint-Denis, Felix Angel fut élu à la commission de contrôle financier de la fédération communiste de la Seine en 1951. Apprécié pour son rôle dans les grèves d’août 1953, il fut reconduit la commission de contrôle financier de Seine-Nord-Est en décembre 1953, sur la base de ses responsabilités syndicales.

En 1954, il devint permanent de l’UD-CGT de la Seine où il siégeait alors à la commission exécutive. La direction fédérale de Seine-Nord-Est, qui souhaitait éviter une surreprésentation de la section de Saint-Denis, ne jugeait plus sa présence indispensable en 1954. Il continua de siéger au comité de la section communiste de Saint-Denis-centre puis nord et sa carrière syndicale se poursuivit, comme permanent de l’UD de la Seine, puis comme secrétaire de l’UD-CGT de Seine-Saint-Denis à sa création en 1966 et jusqu’en 1974 au moins.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10089, notice ANGEL Félix par Paul Boulland, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 27 avril 2021.

Par Paul Boulland

Félix Angel lors de l’occupation des usines Rateau de La Courneuve, en août 1974

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Saint-Denis, 49 J (Union des syndicats ouvriers de la région parisienne). – Arch. de la Fédération PCF de Seine-Saint-Denis – La Vie ouvrière, 16 novembre 1966.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément