BORRÉLY Paulin, Marie, Amédée

Par Jacques Girault

Né à Toulon (Var), le 10 janvier 1879, mort à Toulon, le 21 mars 1943 ; entrepreneur de travaux publics ; marié ; républicain-socialiste ; conseiller général du deuxième canton de Toulon (1922-1928) ; adjoint au maire de Toulon (1925-1928).

Fils d’un entrepreneur de travaux publics, Paulin Borrély marié à Hyères (Var) en mars 1905 avec la fille d’un propriétaire du Pradet (Var), veuf, remarié à Toulon en juin 1935, habitait rue Mirabeau dans le centre de Toulon.

Borrély, candidat aux élections municipales sur la liste du « comité du Bloc de gauche », conduite par Marius Escartefigue, le 3 mai 1908 avait été élu conseiller municipal avec 6 783 voix sur 21 478 inscrits. Il ne s’était pas représenté en décembre 1909. Candidat sur la liste « du comité d’entente républicain et socialiste » soutenue par la section socialiste SFIO, le 24 mai 1914, il avait été battu avec 3 260 voix sur 21 712 inscrits.
Après la guerre, président du syndicat des commerçants et industriels, il devint le président, à la fin septembre 1920, du comité « pour Toulon, port commercial et industriel ».

Le Parti SFIO décida de ne pas lui opposer d’adversaires contre le conseiller général sortant de droite, Comte dans le deuxième canton. Le 14 mai 1922, il obtenait 869 voix sur 5 584 inscrits et l’emportait au deuxième tour, avec 1 323 voix. Au conseil général, républicain socialiste, il participait aux commissions des finances (1925-1928), des travaux publics et des bâtiments départementaux (1922-1928), de l’hydraulique (1922-1928, des incendies de forêts (1926). Membre de la commission départementale (1923), il fut le vice-président de l’assemblée (1927). Il joua un grand rôle lors du renflouement de l’épave du Liberté et fut désigné pour obtenir la Légion d’Honneur au titre du ministère de la Marine en mai 1925. L’assemblée départementale, le 3 octobre 1932, le nomma à la Commission départementale du Travail.

Quand les socialistes sortants constituèrent leur liste pour les élections municipales de Toulon, ils passèrent un accord avec les républicains socialistes et offrirent à Borrély le poste de premier adjoint. Le 3 mai 1925, sur la liste « du Cartel des gauches », il obtenait 6 391 voix sur 21 843 inscrits et était élu, le dimanche suivant, avec 7 758 voix. Il recevait la délégation des travaux (squares, promenades, jardins publics). À nouveau en 1928, la SFIO ne lui opposa pas de candidat pour renouvellement du conseil général. Le 14 octobre, il obtenait 602 voix sur 7 116 inscrits et 922 voix au deuxième tour. Son adversaire Comte était élu. Borrély démissionna le jour même de son poste d’adjoint et de conseiller municipal.

Deux ans plus tard, il était à nouveau candidat « républicain-socialiste » au conseil général. Il obtenait le 7 octobre 1930, 449 voix sur 9 401 inscrits. La SFIO n’avait toujours pas présenté de candidat.

Le 10 octobre 1934, candidat « républicain-socialiste » pour le conseil général dans le deuxième canton, il obtint 449 voix sur 8 401 inscrits. Il se désista pour le candidat du Parti socialiste SFIO.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article101251, notice BORRÉLY Paulin, Marie, Amédée par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 11 septembre 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 5 251, 279, 287 ; 2 M 7. 30 1 ; 3 Z 2 10, 23. — Presse locale

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément