ANJOLVY René, Lucien [Pseudonyme dans la Résistance : AUGIER]

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Né le 20 janvier 1914 à Asnières (Seine, Hauts-de-Seine), fusillé comme otage le 20 septembre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ouvrier métallurgiste ; résistant communiste de Gentilly (Seine, Val-de-Marne).

Fils de Marie Massing, sans profession, et déclaré sous le nom de René Massing à l’état civil, il fut légitimé par le mariage de Charles Anjolvy avec sa mère en mars 1915. Il vécut jusqu’à l’âge de treize ans à Céaux-d’Allègre (Haute-Loire). Domicilié à Gentilly, ajusteur à l’entreprise Chaise, rue Brillat-Savarin à Paris (XIIIe arr.), il quitta cette entreprise en 1934 pour faire son service militaire à Reims dans la 2e Escadrille d’aviation lourde de défense. Libéré il s’enthousiasma pour l’aviation et rejoignit en octobre 1936 le club d’aviation Les vieilles tiges. Il obtint son brevet de pilote. Il adhéra en 1937 à la section des officiers de réserve de Gentilly.
Membre du Parti communiste depuis 1937, René Anjolvy était secrétaire à l’organisation de la section communiste du XIIIe arrondissement de Paris en 1939. Mobilisé à la Compagnie de l’Air, placé en affectation spéciale chez Chaise jusqu’en juillet 1940, il travailla ensuite, comme tourneur, à La précision moderne, 47 rue des bergers à Paris (XVe arr.). Il fut un des soixante militants qui reconstituèrent la section communiste du XIIIe arrondissement de Paris.
La direction régionale le nomma à d’autres fonctions au début de l’année 1941 et il devint un des responsables communistes parisiens chargés en particulier des XIIIe, XIVe et XVe arrondissements de Paris. René Anjolvy fut arrêté le 3 septembre 1941 au cours d’une distribution de tracts à la sortie des usines Renault à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine). Il avait participé auparavant à plusieurs actions en 1941 : incendie d’un dépôt d’essence situé dans les réserves des magasins des Galeries Lafayette à Arcueil (Seine, Val-de-Marne) en janvier, et à Paris : sabotage de quinze camions Panhard garés sur le boulevard Masséna (XIIIe arr.) en février, attaque de quatre militaires allemands boulevard Jourdan (XIVe arr.) (un Allemand tué et quatre revolvers récupérés), attaque et destruction des permanences du Rassemblement national populaire (RNP) place d’Italie et avenue des Gobelins (XIIIe arr.) en mai, présentation d’un drapeau tricolore à Croix de Lorraine au parc Montsouris (XIVe arr.), le 14 juillet.
Lors de son arrestation, il était domicilié 31 rue Lecoq à Gentilly.
Le 16 septembre 1941 le capitaine Scheben fut tué de deux coups de revolver, boulevard de Strasbourg à Paris (Xe arr.). En représailles douze prisonniers furent passés par les armes comme otages au Mont-Valérien le 20 septembre 1941 dont six communistes – René Anjolvy, Antoine Hajje, Georges Pitard, Michelis Rolnikas, Pierre Guignois et Francis Herpin ; de plus Adrien Nain avait été qualifié lors de son arrestation de communiste alors qu’en fait il était socialiste. Deux des cinq autres fusillés Daniel Loubier et Maurice Peureux étaient incarcérés pour détention d’armes ; deux autres Victor Marchal et Roger Peyrat étaient détenus pour agression contre des soldats allemands. Enfin Georges Masset était un prisonnier de droit commun.
René Anjolvy fut inhumé au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) le 20 septembre 1941 division 39, ligne 4, n° 20 puis transféré le 16 mars 1945 à Gentilly.
La mention Mort pour la France fut attribuée à René Anjolvy le 16 mai 1947. Son nom figure sur la cloche du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien et sur le monument aux morts de Gentilly.
Une rue de Gentilly porte son nom (ancienne rue Robine) depuis octobre 1944 et une cellule communiste de la commune portait son nom en 1980.
Sa mère, née Marie Massing le 4 novembre 1887, ménagère industrielle puis sans profession, fut élue conseillère municipale de Gentilly le 29 avril 1945 sous l’étiquette « mère de fusillé ». Elle fut réélue le 19 octobre 1947 comme communiste mais cessa ses fonctions le 18 mai 1951 en raison de son état de santé. Elle avait été élue au premier tour le 29 avril 1945 et le 19 octobre 1947.

Voir Mont-Valérien, Suresnes (Hauts-de-Seine)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10126, notice ANJOLVY René, Lucien [Pseudonyme dans la Résistance : AUGIER] par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 20 juillet 2021.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Maison de René Anjolvy à Gentilly
Maison de René Anjolvy à Gentilly

SOURCES : Dossier au secrétariat d’État aux Anciens Combattants, en particulier attestation d’Henri Guilbert, alias Michel, ancien responsable régional FTP région P5, datée du 13 mars 1957. — SHD Vincennes, GR16P 14134. — Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2 426. — Arch. com. Gentilly, 174 AE. — Albert Ouzoulias, Les Bataillons de la jeunesse, Éd. Sociales, 1969, p. 109. – Madeleine Fernandez, Le Nom de nos rues, deuxième partie, SGH, Gentilly, juin 2002. — Serge Klarsfeld, Le livre des otages, Paris, 1979. — Le XIIIe arrondissement de Paris du Front populaire à la Libération, Paris, 1977, p. 78, 94, 113-114, 137-138, 225. — Serge Boucheny, Les parisiens en Résistance. Paris 13e, Geai Bleu éditions-CRIS, 2013. — Site Internet Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Répertoire des fusillés inhumés au cimetière parisien d’Ivry.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément