ANTOINE Jean, Marcel

Par Claude Pennetier

Né le 21 septembre 1905 à Périgueux (Dordogne), mort le 30 avril 1988 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) ; ouvrier métallurgiste ; militant communiste de Paris puis de Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) ; conseiller municipal de Vitry-sur-Seine (1945-1959).

Fils d’un employé à la compagnie d’Orléans et d’une mère sans profession, né dans une famille qui sympathisa avec le Parti communiste, Jean Antoine obtint le CEP et apprit son métier d’ajusteur à l’école professionnelle d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Marié avec une vendeuse le 15 juillet 1933 avec Simonne Lambert, il eut un enfant en 1935 et un autre en 1939.

Syndicaliste depuis 1936, il adhéra au Parti communiste en juin 1937 et milita à la cellule de l’Aster, dans le XIIIe arr. de Paris, s’occupant particulièrement de l’aide à l’Espagne républicaine.

Licencié de l’Aster après la grève du 30 novembre 1938, il travaillait aux Établissements Chaise (Paris XIIIe arr.) lors de la signature du Pacte germano-soviétique : « beaucoup de camarades perdirent confiance, mais après explication de quelques camarades et moi-même, nous pûmes regrouper nos forces ». Il reprit contact avec le Parti par Berger, ancien responsable communiste de Chaise qui lui fixa un rendez-vous dans un parc à Vitry-sur-Seine. Il fut collecteur et distributeur de tracts. Il travailla comme manœuvre à la Cuivrerie d’Ivry puis aux Ateliers Sebia qui l’envoyèrent en Allemagne dans le cadre du STO le 7 janvier 1943. Sur place, il organisa le « sabotage à la manière française ». Ayant obtenu une permission à l’occasion du décès de son frère en mai 1943, il ne repartit pas et travailla dans le bâtiment. On le trouve à la Libération dans un maquis de l’Yonne.

Ouvrier dans une usine de Saint-Ouen, délégué du personnel, Jean Antoine rentrait très tard à son domicile de Vitry-sur-Seine. Il fut élu conseiller municipal communiste de cette ville le 29 avril 1945 en 24e position sur 32. Il fut réélu le 7 décembre 1951, en remplacement de Bernard Benoist*, et le 9 juillet 1958, en remplacement de Léon Geffroy*. Demeurant avenue Anatole France, son mandat prit fin en mars 1959. La première magistrature municipale était occupée par Lucien Français puis Clément Perrot. En 1947, les responsables de la section de Vitry-sur-Seine appréciaient son militantisme : « A donné satisfaction dans son mandat municipal. S’occupe régulièrement de l’aide à l’organisation des rassemblements sportifs. Ouvrier simple et courageux ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10145, notice ANTOINE Jean, Marcel par Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 24 octobre 2009.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1Mi 2426. — Arch. Com. Vitry-sur-Seine, listes électorales. — Arch. Fédération communiste du Val-de-Marne. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément