ANTONETTI Charles

Par Geneviève Poujol

Né le 25 juin 1911 à Courbevoie (Seine, Hauts-de-Seine), mort le 4 mars 1999 à Arces-Dilo (Yonne) ; acteur et metteur en scène ; militant des auberges de jeunesse puis instructeur national d’art dramatique ; secrétaire général du syndicat national des conseillers techniques et pédagogiques.

Le père de Charles Antonetti était professeur de lettres et sa mère était actrice. Il suivit des études jusqu’au baccalauréat puis dut gagner sa vie en occupant divers emplois. Militant ajiste en 1935, il a fondé en 1938 un groupe théâtral « Les copains » composé d’une douzaine de ses camarades. En 1939, il fut membre du Comité de coordination inter-club (CCI) qui regroupait trente-deux clubs d’usagers.

Élève de Charles Dullin chez qui il a étudié le mime, aux côtés d’Étienne Decroux, il devint ensuite acteur dans la Compagnie du Regain. A partir de 1943, son activité théâtrale fut liée à l’activité de Raymonde Lombardin, décoratrice et professeur de danse. Tous deux travaillèrent désormais de concert ; dans les premiers temps, ils fondèrent une école : l’Académie de danse et de théâtre Lombardin-Antonetti.

Recruté par Guy de Boysson*, Charles Antonetti fut nommé Instructeur national d’Art dramatique dès 1945. En 1948, Georges Bilbille, directeur du théâtre Mouffetard, le fit venir pour apporter ses talents de formateur au service de cette institution qui avait alors le statut de maison de jeunes. Il anima plusieurs stages de réalisation théâtrale, notamment à Auxerre en 1953 où il monta Antigone de Sophocle et à Louviers en 1956, 1957 et 1959 où il monta Richard III. R. Lombardin en avait réalisé les décors et les costumes. En 1955, il fut assistant de Jean-Louis Barrault* pour la mise en scène d’une pantomime, Les suites d’une course.

Il dirigea aussi des stages techniques et prépara des acteurs au métier théâtral. Il participa en outre à la formation de nombreux enseignants et éducateurs, notamment des directeurs de MJC.

Charles Antonetti a voulu transmettre sa passion pour le théâtre dans plusieurs publications : Drame et culture (1945), Techniques d’expression orale (Hommes et techniques, 1952) et Notes sur la mise en scène (Éditions Librairie théâtrale). Il a écrit de 1949 à 1959 dans la revue DOC de Travail et culture et Peuple et culture, en y donnant des conseils pratiques de mise en scène. En 1950, il fut rédacteur en chef de la revue Éducation et théâtre.

A la suite de Raphaël Passaquet, il fut secrétaire général du Syndicat national des conseillers techniques et pédagogiques (SNCTP) de l’Education nationale, adhérent à la Fédération de l’Education nationale,
de novembre 1958 à novembre 1966, Michel Boulanger lui a succédé à ce poste. Pierre Schaeffer fit appel à lui et, de 1964 à 1976, il fut chargé d’un enseignement d’études théâtrales (mise en scène) à Paris III. Il a pris sa retraite en 1976 et s’est retiré dans l’Yonne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10154, notice ANTONETTI Charles par Geneviève Poujol, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 21 décembre 2017.

Par Geneviève Poujol

ŒUVRE : Entraînement à l’expression orale. Drame et culture : essai sur la valeur éducative du jeu dramatique avec quatre dessins de Raymonde Lombardin, Paris, J. Corti, 1946 (nouvelle édition revue et mise à jour, 1974, Puteaux, Éditions Hommes et techniques Collection Formation active, 129 p.). — La construction du personnage/Constantin Stanislavski, préface de Bernard Dort, trad. Charles Antonetti, Éd. J. Vautrain, 1950, Pygmalion, 1983-1984, 1996. — Notes sur la mise en scène à l’usage des jeunes acteurs, Paris, J. Vautrain, 1950, Collection Art et Éducation, 109 p. — Notes sur la mise en scène : à l’usage des jeunes acteurs, Paris, Librairie théâtrale, 1977, 106 p. — Le prince des ténèbres James Farl Powers trad. par Charles Antonetti et Chris Marker, Paris, Seuil, 1951, Collection Pierres vives, 222 p.

SOURCES : Geneviève Poujol et Madeleine Romer, DMEPAC, op. cit. — Les Cahiers de l’animation, n° 8, 1975 et n° 28, 1980. — Correspondance avec le militant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément