BOURGEOIS Roger Alfred

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

Né le 3 septembre 1907 à Paris (XXe), mort le 25 mai 1985 à Rouen (Seine-Maritime) ; ouvrier maçon ; secrétaire du syndicat unitaire (CGTU) du Bâtiment de Rouen en 1934 ; conseiller Prud’homme de Darnétal (Seine-Maritime) à côté de Rouen, déchu en 1941 ; communiste.

Fils d’un employé et frère puiné de Georges Bourgeois, Roger Bourgeois, maçon à Darnétal, était en 1931, selon la police, membre des jeunesses communistes et de la section rouennaise de la garde antifasciste. D’après elle, il était chef du secteur n°1, 1e vingtaine, 1e équipe de Rouen. Il fut considéré comme un agitateur dangereux au cours des manifestations politiques ou à la suite de grèves.

Le syndicat unitaire du Bâtiment de Rouen comptait en 1927 1137 adhérents répartis en cinq sections, couverture, terrasse, maçonnerie, charpente et peinture. La crise du début des années 1930 réduisit à peau de chagrin les effectifs, les sections n’existaient plus que de nom et le syndicat général comptait quelques dizaine de membres. Roger Bourgeois, secrétaire de la section fantôme des maçons en 1933, remplaça Émile Boutin au secrétariat du syndicat général en 1934. Lucien Coudray lui succéda en 1935 et il se consacra essentiellement à l’action politique. En 1935, il fut candidat communiste aux élections municipales de Darnétal. Élu conseiller prud’homme la même années, il prit une part active aux grèves de 1936 et 1937 mais ne sollicita plus de responsabilités syndicales.

Pour n’avoir pas répudié publiquement et catégoriquement toute adhésion au Parti communiste et toute participation interdite par le décret du 26 septembre 1939, il fut déchu de son mandat de conseiller prud’homme par arrêté en date du 22 février 1941, en même temps qu’un autre conseiller prud’homme de Darnétal : Fernand Campard ; d’autres conseillers prud’hommes de Rouen : Paul Boufflet, Hélène Caudron, Maurice Jeanne, Abel Poirson, Roger Sporry, et Georges Bourgois ; d’Elbeuf : Georges Mesnil ; du Havre : Oscar Laudéa, et Hervé Guyader ; de Fécamp : Suzanne Roze ; de Bolbec : Joseph-Hilaire, Deneuve et Ernest Delcourt.

En 1928, Roger Bourgeois habitait 10 rue sœur Marie Ernestine à Rouen avec son frère ; il épousa Marthe Duclos le 23 novembre 1929 à Darnétal où le couple habitait 6 rue Sadi Carnot.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article101786, notice BOURGEOIS Roger Alfred par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 17 mai 2022, dernière modification le 17 mai 2022.

Par Gilles Pichavant, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. de Seine-Maritime, cote 1M305, et 1M 313, 1 MP 285 Radiation du carnet B pour départ, État civil. — Arch. Com. Rouen 7 F 3 syndicats du bâtiment.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément