BRIAT Édouard Eugène, Edmond

Né et mort à Paris : 28 décembre 1864-10 avril 1948 ; mécanicien ; syndicaliste ; socialiste ; coopérateur. Marié, père d’un fils tué au cours de la Première Guerre mondiale.

Briat fut membre de la coopérative de consommation de son quartier « l’Avenir de Plaisance » ; il souhaitait créer une coopérative de production d’instruments de précision. Durant l’hiver de 1895-1896, il réussit à réunir 80 de ses camarades syndiqués et, le 23 mars 1896, l’Association des ouvriers en instruments de précision (AOIP) fut fondée avec Ch. Viardot comme directeur et Edmond Martzel comme chef d’atelier. L’Avenir de Plaisance soutint la jeune association ouvrière, dont un grand nombre d’adhérents étaient également ses propres sociétaires consommateurs, en lui faisant plusieurs fois des prêts. En 1907, J.-B. Dumay qui avait succédé l’année précédente à Vila comme secrétaire de la Chambre consultative des associations ouvrières de production, abandonna sa fonction. C’est Briat qui le remplaça ; en 1940, il fut mis à la retraite. En 1944, on le rappela et on le remplaça au poste de secrétaire, pour peu de temps, car, alors âgé de quatre-vingts ans, il désirait le repos. Il était, depuis la fondation, administrateur de l’AOIP. Il présidait la Banque des coopératives de production créée en 1893.

Briat fut également très actif sur le plan syndical. Il participa au IXe congrès national corporatif — 3e de la CGT — tenu à Toulouse (Haute-Garonne) en septembre 1897 et y représenta divers syndicats parisiens. Il assista également au XIe congrès, Paris, septembre 1900 et au XIVe congrès, Bourges, septembre 1904. Il représenta la Bourse du Travail de Niort (Deux-Sèvres) à la conférence de Bourges qui suivit, à Amiens, en octobre 1906, le XVe congrès national corporatif (son nom ne figure que sur la liste des délégués à la conférence).

Briat était en 1923 secrétaire général de la Chambre consultative des associations ouvrières de production dont Petrement Pierre* était président. Il fut vice-président du conseil supérieur du Travail au ministère du Travail. Candidat du Parti socialiste aux élections municipales complémentaires de novembre 1921 qui eurent lieu à Paris dans le quartier de la Santé, XIIIe arr., il obtint 254 voix et ne fut pas élu.

De 1925 à 1940, Briat fut membre du Conseil national économique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article102439, notice BRIAT Édouard Eugène, Edmond , version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 3 novembre 2010.

ŒUVRE : Conseil supérieur du Travail. Session de 1902. Rapport de M. Briat, Paris, Imprimerie nationale, 1902. — « La Bourse du Travail de Paris », Le Mouvement socialiste, n° 1, 1899. — « Le syndicat des ouvriers en instruments de précision », Le Mouvement socialiste, n° 17, 1899.

SOURCES : Arch. PPo. 309. — J. Gaumont, Histoire de la coopération, op. cit. t. II. — Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément