BRIÈRE Odette, Marie, Rose

Par Jean-Jacques Doré

Née le 2 septembre 1902 à Houquetot près du Havre (Seine-Inférieure), morte le 26 mars 1969 à Rouen (Seine-Inférieure) ; ouvrière du Textile ; syndicaliste CGTU ; militante communiste exclue en 1934.

Fille d’un briquetier et d’une journalière, Odette Brière était née dans une famille nombreuse ( voir Rose Brière), livrée à elle-même, elle dut travailler très jeune dans plusieurs entreprises de textile du Havre comme trieuse. Vers l’âge de 18 ans, elle rencontra Henri Gautier et se mit en ménage avec lui.

Henri était déjà un militant expérimenté du syndicat des métaux et du CSR ; tous deux donnèrent leur adhésion aux Jeunesses communistes dès février 1921 puis au Parti en avril. Désormais leur vie fut rythmée par leur engagement politique et syndical, Odette accompagnait "son homme" dans les réunions et les manifestations, mais très vite elle prit son autonomie s’imposant par son dynamisme et son pouvoir de persuasion.

Secrétaire adjointe puis secrétaire du syndicat unitaire du Textile du Havre de 1925 à 1927 et permanente du Parti communiste, elle était, selon le commissaire spécial du Havre, "l’une des propagandistes les plus actives de la région havraise". Secrétaire adjointe de la section du Secours rouge international, elle fut désignée pour se rendre à Moscou auprès des dirigeants du SRI. Partie le 28 mai 1926 via la Pologne, elle écrivit à Henri Gautier quelque temps après son arrivée, pour lui dire sa cruelle déception. Elle écourta son séjour au bout de vingt et un jours, mais "n’en avala pas moins son chapeau" ; au cours des réunions publiques qui suivirent son retour, elle délivra des impressions enthousiastes et fit l’apologie du système soviétique.

En 1927, elle constitua une section féminine du PCF mais quitta le Havre en avril pour assister Paul Bouthonnier dans sa lutte pour la direction de la 19e Union régionale (unitaire) tenue par Victor Engler et les dissidents de la Révolution prolétarienne. Élue membre de la Commission exécutive au congrès extraordinaire d’Elbeuf le 4 septembre 1927, toujours aux côtés d’Henri Gautier, elle fit preuve d’une activité inlassable servie par son intelligence et ses dons d’oratrice ; ses joutes contre Engler lors des réunions politiques ou syndicales étaient restées dans la mémoire des témoins.

Secrétaire adjointe de la région Basse-Seine du Parti communiste en 1928 et 1929, un rapport de l’IC, de novembre 1928, la citait parmi les dix femmes les plus importantes du Parti. Déléguée au VIe congrès du Parti communiste à Saint-Denis (mars-avril 1929), où elle intervint à plusieurs reprises, elle rejoignit Henri Gautier à Rouen ; tous deux y participèrent à la manifestation communiste et unitaire du 1er août à l’issue de laquelle elle fut arrêtée.

Réélue constamment pour siéger à la commission exécutive de la 19ème Union régionale jusqu’en 1934, des ennuis de santé et une vie privée mouvementée, la détournèrent de l’action militante. Séparée de Gautier en 1933, elle fut exclue du PCF l’année suivante, après avoir été accusée de liens avec le groupe Barbé-Célor - voir Jean Maurice - ; Odette Brière quitta Rouen pour le centre de la France.

De retour dans la capitale normande, elle travailla comme colporteuse en mercerie jusqu’à la guerre. En 1962, on pouvait la croiser sur le marché de Rouen où elle vendaient des légumes avec une énergie et une gouaille inimitables.

Odette Brière avait été inscrite au carnet B de la Seine-inférieure en 1927, elle décéda à Rouen le 26 mars 1969.
_
_

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article102489, notice BRIÈRE Odette, Marie, Rose par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 5 mai 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Inférieure, 1 M P 279, 4 M P 2604 et 2613, Sûreté générale, rapports mensuels des commissaires spéciaux 1924-1928, 4 MP 497 Communisme— La Dépêche de Rouen, 2 août 1929. — Le Prolétaire Normand, 1927 à 1929. — Témoignages. — RGASPI, Moscou, 495 270 770, autobiographie d’Henri Gautier, Paris, 20 septembre 1933. Elle a un dossier, 495 270 6610, qui est consacré à son exclusion et à celle de André Trouillard. — État Civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément