BRUHAT Yvonne [née Maugis Yvonne, Jeanne, Charlotte]

Par Jacques Girault, Claude Pennetier

Née le 19 mars 1906 à Paris (IXe arr.), morte à Paris (Ve arr.) le 8 mars 1995 ; professeur ; militante syndicale ; militante communiste.

Fille d’un employé des chemins de fer en Tunisie, Yvonne Maugis, institutrice, se maria à la mairie du Veme arrondissement, en octobre 1928 avec Jean Bruhat, élève de l’Ecole normale supérieure, futur professeur d’histoire, militant communiste. Ils eurent deux filles et un garçon. Institutrice suppléante, alors que son mari terminait sa scolarité et effectuait son service militaire (1929-1930), titulaire de certificats de licence en lettres et en histoire, elle fut nommée professeur à l’école primaire supérieure de Nantes (Loire Inférieure/ Atlantique) de 1932 à 1937, son mari enseignant au lycée Clemenceau. Sans emploi depuis octobre 1937, elle enseigna à l’EPS d’Ancenis d’octobre 1939 à février 1940 avant de devenir pendant deux mois institutrice intérimaire à Nantes puis enseignante intérimaire dans le lycée Clemenceau jusqu’à la fin de l’année scolaire. Elle n’occupa plus d’emploi dans l’Éducation nationale jusqu’à la fin de la guerre.

De juin 1936 à juillet 1937, elle dirigea la section nantaise du Comité mondial des Femmes contre la guerre et le fascisme, s’occupant particulièrement du Bulletin et se consacrant à l’aide aux républicains espagnols réfugiés dans la région. Selon un rapport du secrétaire de la région communiste à la fin de 1936, puisqu’elle n’était pas membre du Parti, à la question de son adhésion qui se posait, elle répondit qu’elle allait adhérer. En 1937-1938, elle devint permanente du Comité mondial en tant que secrétaire administrative. En 1939, Yvonne Bruhat publia une brochure 1789-1939 Les Femmes et la Révolution française de 40 pages dans le cadre des éditions du Comité mondial des femmes.

A la fin de la guerre, elle réintégra l’enseignement et obtint en avril 1944 une délégation rectorale pour le lycée Fénelon à Paris. Nommée professeur adjointe au lycée Condorcet en octobre 1944, puis au lycée Marie Curie à Sceaux en octobre 1947 qu’elle ne sembla pas avoir rejoint, elle devint, dès octobre 1947, professeur intérimaire au collège d’enseignement technique de l’avenue Lénine à Saint-Denis avant de rejoindre en avril 1948 l’Ecole normale nationale d’apprentissage de la rue de la Tour où se formaient les professeurs d’enseignement général de l’enseignement technique court. Professeur d’enseignement général (lettres), à partir d’octobre 1948, elle fut nommée au centre d’apprentissage dans le XXeme arrondissement puis en 1953 au centre d’apprentissage de la rue Saint-Charles dans le XVe arrondissement. Réformée en 1966, elle fut affectée au centre national de téléenseignement jusqu’à sa retraite en 1970.

Militante communiste, elle militait aussi au Syndicat national de l’enseignement technique professionnel- CGT qu’elle représenta dans des commissions paritaires académiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article102736, notice BRUHAT Yvonne [née Maugis Yvonne, Jeanne, Charlotte] par Jacques Girault, Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 19 novembre 2020.

Par Jacques Girault, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat., F17. — RGASPI : 495 270 212, 517 1 1864. — Notes de Jean Bruhat.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément