BUSQUÈRE François, Guillaume

Par René Lemarquis, Claude Pennetier

Né le 14 juin 1906 à Champagnac-le-Vieux (Haute-Loire), mort le 31 octobre 1980 à Toulouse (Haute-Garonne) ; commis des PTT en Tunisie puis Toulouse ; militant communiste de Haute-Garonne ; rédacteur en chef de La Voix du Midi.

François Busquère était le fils d’un gendarme qui retraité devint limonadier dans un bar de Toulouse et propriétaire d’un immeuble à Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne). Sa mère était sans profession. Il fit, après l’école primaire des études au Cours complémentaire de Villefranche-de-Lauraguais jusqu’en juillet 1923, date à laquelle il fut admissible au concours des surnuméraires des PTT. Il commença à travailler l’année suivante au Cours d’Instruction de Limoges (Haute-Vienne). Il n’eut aucun grade dans l’armée. Sa compagne Denise Landais, fille d’un pépiniériste, était giletière à domicile, ils n’avaient pas d’enfant en 1937. Après Limoges, il fut surnuméraire aux Centraux télégraphiques de Lille (Nord) et de Paris avant d’être nommé commis à Medjez-el-Bab (Tunisie), puis au Central télégraphique de Tunis. Il fut enfin commis au Bureau de Tri de Toulouse le 11 décembre 1935.

C’est comme syndicaliste que François Busquère commença sa vie militante en étant gréviste lors de son passage au Central télégraphiste de Paris. En Tunisie, il fut membre du Syndicat autonome des commis et contrôleurs des PTT, dont il était secrétaire adjoint. Il fut élu le 5 décembre 1933 représentant du personnel à la commission d’avancement du dernier degré. Il fut amené, avec ses camarades de la Fédération des fonctionnaires (Albert Bouzanquet*, Jean Loubet*, etc.), à s’opposer au résident général Peyrouton dont les décrets « n’avaient d’autres buts à mes yeux que de chasser les Français de Tunisie ». Il se rapprocha ensuite des Unitaires « devant les faiblesses du Cartel des Services publics et de la Fédération des fonctionnaires ». Il défendait, avec son camarade Tron, la cause de l’unité syndicale dans le mensuel La Rumeur des PTT.

A son arrivé à Toulouse, devenu lecteur de l’Humanité François Busquère demanda à adhérer au PC le 26 avril 1936. Il fut alors affecté à la cellule des PTT, dont il fut trésorier, de juillet 1936 à février 1937. Délégué à la conférence de section du canton Centre le 14 novembre 1937, il devint, suite à une décision du bureau régional et sur proposition de Léon Balussou*, rédacteur en chef de La Voix du Midi. Il faisait partie du comité régional communiste en 1939. A la CGT, il était membre de la Commission d’études du Bureau de tri de Toulouse-gare.

François Busquère était actif dans diverses organisations sportives : de 1928 à 1931, il fonda et dirigea à Paris le Paris-Central-Sports, composé d’agents du Central télégraphique ; de 1931 à 1935, il fut secrétaire de société sportives tunisiennes, puis, à Toulouse, journaliste à la fédération française de rugby.

Il mourut à Toulouse en 1980 mais on ignore s’il avait gardé une activité militante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article103107, notice BUSQUÈRE François, Guillaume par René Lemarquis, Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 2 mai 2022.

Par René Lemarquis, Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI : 495.270.3135. Autobiographie du 25 novembre 1937 (A1). — La Voix du Midi, 1937-1939.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément