BLOQUET René

Par Jean-Paul Besse

Né le 6 mars 1896 à Chiry-Ourscamps (Oise), mort le 8 octobre 1963 à Saint-Leu-d’Esserent ; plombier puis commerçant ; militant syndicaliste CGTU de l’Oise, communiste.

Photo prise quelques années avant sa mort. De gauche à drote : son petit-fils Jacky, sa femme Marie, sa petite-fille Lysiane et René Bloquet.
Cliché communiqué par Valérie Lemor.

Fils d’un tisseur (Hyacinthe) et d’une manœuvrière (Berteh Candrillier), René Bloquet était plombier à la Compagnie des matières colorantes à Vilers-Saint-Paul (Oise) et domicilié à Sarron.

En 1925, il était le responsable du syndicat CGTU de son entreprise. Un rapport de police affirme qu’il avait auparavant travaillé à la Compagnie des chemins de fer du Nord. Militant communiste, il dirigeait la cellule d’usine de Brissonneau-Lotz.

Lors du congrès de la Fédération CGTU de la céramique à Lyon en 1927, il entra à la commission administrative, au bureau et au secrétariat. Il représenta les syndicats des produits chimiques de la région parisienne au congrès CGTU de Paris en septembre 1929. En 1930, secrétaire du syndicat unitaire des produits chimiques de la région parisienne, il signa le manifeste de l’opposition unitaire publié le 1er mai 1930 et fut démis de ses fonctions quelques semaines plus tard. Il était alors domicilié dans la banlieue parisienne, à Gentilly semble-t-il.

En 1935, René Bloquet réapparut dans l’Oise, à Saint-Leu-d’Esserent, comme responsable de l’ARAC. Il était alors marchand de primeurs. Devenu un des dirigeants de l’ARAC au niveau départemental après la Seconde Guerre mondiale, il entra chez Usinor à Montataire où il devint un des responsables du syndicat CGT.
Il était marié avec Marie, Jeanne Pottier et père de famille.

René Bloquet mourut le 8 octobre 1963 à Saint-Leu-d’Esserent.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article103172, notice BLOQUET René par Jean-Paul Besse, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 1er août 2020.

Par Jean-Paul Besse

Photo prise quelques années avant sa mort. De gauche à drote : son petit-fils Jacky, sa femme Marie, sa petite-fille Lysiane et René Bloquet.
Cliché communiqué par Valérie Lemor.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13096. — Arch. Dép. Oise, série M. — Presse locale, 1935-1950. — Lettre du fils du militant (20 juin 1985) ; mail de son arrière petite-fille, Valérie Lemor (fille de Lysiane), juillet 2020 .

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément