BLANCHARD René

Par Jean-Claude Guillon

Né le 13 février 1916 à Civaux (Vienne), mort le 4 juin 1999 ; employé du service Caténaires ; secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Saint-Pierre-des-Corps puis de Limoges (Haute-Vienne) de 1958 à 1971 ; membre du bureau fédéral PCF d’Indre-et-Loire (1948-1959) ; conseiller municipal de Saint-Pierre-des-Corps (1953-1965).

Après une période d’apprentissage et plusieurs petits emplois, René Blanchard fit son service militaire du 1er septembre 1936 au 15 octobre 1938. Six mois plus tard, le 22 mars 1938, il fut rappelé sous les drapeaux. Au moment de l’invasion allemande, il fut fait prisonnier le 29 mai 1940. Interné au camp d’Amboise (Indre-et-Loire), il s’en évada le 28 décembre. Démobilisé à Châteauroux (Indre) le 10 janvier 1941, il se réfugia chez son oncle à Civaux (Vienne). Puis, le 10 mars, il franchit la ligne de démarcation à La Haye-Descartes pour revenir en zone occupée.
À Tours (Indre-et-Loire), il travailla successivement chez un couvreur et un menuisier et en juillet 1942 il entra à la SNCF, au service Caténaires à Saint-Pierre-des-Corps.
Pendant la guerre, René Blanchard participa à la Résistance, faisant partie de ceux qui désorganisèrent les transports ferroviaires par de multiples sabotages des voies et du matériel. À la Libération, sa première responsabilité fut de représenter son service au comité d’épuration. Puis il fut élu délégué du personnel et membre du comité technique. En 1947, il fut élu représentant du personnel à la Région Sud-Ouest puis, en 1958, devint secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Tours-Saint-Pierre-des-Corps, militant à l’époque avec Norbert Hardoux et Raymond Lafoucrière notamment.
À la suite d’une promotion, il quitta la Touraine pour Limoges en 1961 et travailla dans le même service jusqu’à sa retraite le 15 février 1971. Pendant cette période il conserva des responsabilités syndicales régionales ; il fut également délégué du personnel et secrétaire du syndicat de Limoges où il succéda à Pierre Deverines.
Il revint à Saint-Pierre-des-Corps où il milita activement à l’Union locale de Tours et en devint le secrétaire général. Il fut aussi membre de la commission exécutive et du bureau de l’Union départementale, consacrant une bonne partie de ses tâches à l’organisation des retraités, notamment au sein de la commission de travail départemental. C’est ainsi que, le 9 mars 1983, l’Union syndicale des retraités (USR) tint son premier congrès et il en fut le premier secrétaire général. Il assura cette responsabilité jusqu’en mars 1991, remplacé alors par Paulette Lagrange.
Au cours des années suivantes, il continua d’avoir des activités syndicales au bureau de l’USR, au bureau de la section des cheminots retraités et à Loisirs-Solidarité-Retraite (LSR), dont il fut le président d’honneur.
Il fut aussi un des fondateurs, en 1987, de l’Institut CGT d’histoire sociale de la région Centre et en assura le secrétariat pendant plusieurs années. Passionné d’histoire sociale et ayant réuni une importante documentation, il écrivit beaucoup sur l’histoire du mouvement ouvrier tourangeau, notamment sur les cheminots, les entreprises Cadoux, Liotard, DF-Simat.
Ayant adhéré aux Jeunesses communistes en 1942 puis au PCF en août 1944, il y assuma d’importantes responsabilités. Il fut successivement secrétaire de la section de Tours puis de la section des cheminots de la Libération à 1952, et membre du bureau fédéral de 1948 à 1959. Il fut conseiller municipal de Saint-Pierre-des-Corps de 1953 à 1965. Lors de son séjour professionnel à Limoges, il fut membre du comité fédéral de la Haute-Vienne.
La personnalité et le militantisme de René Blanchard ont profondément marqué un demi-siècle de vie sociale en Indre-et-Loire et en Haute-Vienne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1037, notice BLANCHARD René par Jean-Claude Guillon, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 18 novembre 2011.

Par Jean-Claude Guillon

SOURCES : Comités fédéraux du PCF. — La Voix du Peuple de Touraine. — La Touraine syndicaliste. — Renseignements communiqués par Gilbert Deverines. — Témoignage écrit de René Blanchard.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément