CAROTTI Georges, Olympio, Casimir

Par Jacques Girault

Né à Montecatini (Italie, province de Pise), le 13 août 1887, Carotti, marié civilement en Italie, ne fit pas donner les sacrements à ses quatre enfants. Fils d’un cordonnier, il vint à Marseille en 1911 et travailla dans deux usines (chimie et métallurgie). Il participa à la guerre dans l’armée italienne dans l’artillerie. Il vécut à Marseille jusqu’en 1924 et après deux ans passés à Garéoult (Var), s’installa comme artisan mécanicien à La Crau (Var). Il devait par la suite travailler comme ouvrier. Naturalisé en mars 1928, il milita alors ouvertement dans la section SFIO. Il avait déjà à Marseille participé aux activités d’une coopérative ouvrière d’alimentation. Après la scission de 1933, il resta à la SFIO et participa au premier congrès fédéral, le 3 décembre 1933.

Carotti fut réquisitionné au début de la guerre pour travailler à La Farlède (Var) dans une entreprise. À la Libération, malade, il cessa de militer. Selon Salvator Libérace, il n’était plus adhérent de la SFIO mais selon sa fille, il demeurait socialiste. Il mourut à La Crau, le 5 juillet 1948.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article103874, notice CAROTTI Georges, Olympio, Casimir par Jacques Girault, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 10 mai 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 12 M 2 34. — Presse locale. — Renseignements fournis par Madame Leblanc, fille de l’intéressé et par S. Libérace

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément