AUBRUN Jean, Paul

Par Jacques Girault

Né le 17 octobre 1918 à Saint-Lambert-les-Levées (Maine-et-Loire), mort le 11 novembre 2006 à Grasse (Alpes-Maritimes) ; instituteur dans la Creuse ; militant laïque ; militant socialiste dans la Creuse puis dans le Var.

Paulette et Jean Aubrun et leurs enfants au milieu des années 1950.
Paulette et Jean Aubrun et leurs enfants au milieu des années 1950.

Fils de Félix Aubrun, commissaire de surveillance administrative, et de Louise Aubrun, Jean Aubrun, athée comme toute sa famille, contribua à la création de la section SFIO de Montgeron-Crosne (Seine-et-Oise/Essonne) sous le Front populaire. Instituteur dans la Creuse à partir de 1945, il se maria en septembre 1946 au Donzeil (Creuse) avec une institutrice. Le couple eut deux enfants. Syndiqué, il enseigna à Banize (Creuse) de 1950 à 1974.
Membre de la SFIO, Jean Aubrun présida la Fédération départementale des Auberges de Jeunesses. Avec son épouse, il milita dans la Fédération des œuvres laïques et à la Ligue de l’Enseignement avec laquelle il assurait la formation d’animateurs cinéma. Lui-même organisait des projections dans des villages et filmait en 16 mm les événements locaux. Avec son épouse, ils militaient dans l’éducation populaire, furent à l’origine des bains-douches ou organisaient des ventes hebdomadaires de poissons frais à l’école. Pendant la scolarité de ses enfants au lycée d’Aubusson (Creuse), il participa à la création puis à l’animation d’une association de parents d’élèves.
Non adhérent de la SFIO pendant la guerre d’Algérie, membre de la Convention des institutions républicaines, il adhéra au Parti socialiste en 1970 à Banize puis contribua à la création de la section socialiste de Montauroux (Var) où, retraité, il vivait avec son épouse depuis 1978. Militant de l’éducation populaire, il y anima un cinéma et participa à la création d’une auberge de jeunesse. Tous deux étaient actifs dans le groupe d’Amnesty international.
Il décéda à l’hôpital de Grasse.

Son épouse, Paulette, Cécile Mignaton, née le 18 décembre 1921 à Chavanat (Creuse), fille d’un boulanger, devenu facteur à Paris, puis facteur-receveur des postes au Donzeil, aidé par son épouse. Bachelière du lycée de Guéret (Creuse) en 1939, elle devint institutrice auxiliaire de 1942 à 1950. Après un stage d’une année à l’Ecole normale d’institutrices de Guéret (1950-1951) et une nomination à Saint-Yrieix-la-Montagne, elle rejoignit son mari en 1952, à l’école de Banize, où elle enseigna jusqu’à sa retraite personnelle en janvier 1978, les dernières années en classe unique, son mari ayant assuré la classe unique de Chavanat, commune voisine. A Montauroux, militante socialiste, elle fut élue conseillère municipale en 1983 sur une liste d’union de la gauche à direction communiste. Membre de la commission scolaire et de la culture, elle participa à la vie de la Maison pour Tous, Maison des Jeunes et de la Culture, salle de cinéma et de spectacles, créée en 1977 par le Maire lors de son premier mandat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10389, notice AUBRUN Jean, Paul par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 17 janvier 2019.

Par Jacques Girault

Paulette et Jean Aubrun et leurs enfants au milieu des années 1950.
Paulette et Jean Aubrun et leurs enfants au milieu des années 1950.

ICONOGRAPHIE : Paulette et Jean Aubrun et leurs enfants au milieu des années 1950.

SOURCES : Arch. Dép. Creuse, 3 M 305. — Renseignements fournis par l’intéressé et sa famille. — Notes de M. Giraud et maires de Chavanat et du Donzeil.

Œuvre : Ses films ont été déposés à la cinémathèque du Limousin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément