CARTEGNIE François ou CARTEGNIES François

Par Y. Le Maner et Justinien Raymond

Né à Solesmes (Nord) le 27 juin 1859 ; mort le 19 juin 1946 à Paris ; militant socialiste du Nord.

Ouvrier tisseur, marchand ambulant, puis cabaretier à Wignehies (Nord), F. Cartegnies entra au POF en 1889. Militant syndicaliste, il était, en 1891, secrétaire du syndicat du Textile de Fourmies et de la région : il organisa sans résultat une grève de deux mois à Wignelies. En 1894, il fut secrétaire du comité d’organisation du 1er Mai. En 1896, il décréta une grève pour imposer au patronat la reprise d’un ouvrier congédié et fut condamné en cour d’appel.

Son rôle de militant socialiste fut grand dans la région de Fourmies. En 1898, sous sa direction, les groupes guesdistes se réorganisèrent en procédant à quelques expulsions. Il fut délégué à maints congrès : aux assises nationales du POF, à Paris (1893 et 1897), à Ivry-sur-Seine (1900), à Roubaix (1901), à Reims (1903), à la plupart des congrès départementaux et au deuxième congrès général des organisations socialistes à Paris, salle Wagram (1900). Il siégeait à la CAP de la Fédération du Nord.

En 1896, F. Cartegnies fut élu conseiller municipal de Wignehies et maire de 1900 à 1904. En 1902, il fut le candidat du Parti socialiste de France aux élections législatives dans la troisième circonscription d’Avesnes : il obtint 1 272 voix sur 15 807 inscrits et 13 246 votants.

Il fut encore candidat aux élections cantonales de 1898 et 1903. Après avoir contribué à la fondation du Parti SFIO dans la région de Fourmies, il en fut exclu en 1908 pour avoir soutenu une liste dissidente lors des élections municipales de Wignehies. Réintégré lors de la scission de 1921, Cartegnies siégea à la commission administrative de la Fédération socialiste du Nord à partir de 1925. Cette même année, il fut désigné comme délégué pour participer au congrès national de la SFIO à la salle Japy à Paris. Candidat aux législatives de 1928 dans la 3e circonscription d’Avesnes (Nord) — 1 843 voix sur 15 941 inscrits et 13 962 votants —, il quitta Wignehies en 1931 pour s’installer à Saint-Hilaire-en-Cambrésis. À nouveau menacé d’exclusion en 1932 pour une raison identique à celle de 1908, Cartegnies bénéficia de son passé de vieux militant et put continuer à siéger à la CA fédérale du Nord, assistant à de nombreux congrès départementaux jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Il siégea également à la CA de l’Union départementale CGT pendant plusieurs années.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article103995, notice CARTEGNIE François ou CARTEGNIES François par Y. Le Maner et Justinien Raymond, version mise en ligne le 21 octobre 2017, dernière modification le 21 octobre 2017.

Par Y. Le Maner et Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Nat. F7/13083. — Arch. Dép. Nord, M 154/66, M 154/70, M 154/75, M 154/81, M 154/194/B, M 159/3. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., pp. 416, 454-455. — G. Delory, Aperçu historique de la Fédération du Nord, Lille, pp. 146, 160, 172. — A. Duchatelle, Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1973, op. cit. — État civil de Solesmes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément