CHABOT Jean

Par René Lemarquis, Claude Pennetier

Né le 19 décembre 1872 à Montluçon (Allier) ; magasinier ; militant socialiste dès 1889 puis communiste après 1920.

Jean Chabot avait été, à Montluçon, militant d’organisations socialistes avant 1914 : membre du POF (guesdiste) de 1889 à 1892, du PSR de 1898 à 1905. Il était adhérent du PS unifié en 1920 et il se rallia au PC après le congrès de Tours et milita à Paris. Membre du syndicat des métaux en 1911, il l’était encore en 1934, mais à cette date, il était devenu chômeur. Adhérent du Secours rouge international (SRI) puis du Secours populaire français (SFP) depuis leur fondation et de la Fédération des locataires de 1911 à 1937, il fut également membre des Travailleurs sans Dieu de 1934 à la fusion avec la Libre pensée. Employé comme magasinier, essentiellement dans des entreprises de chaux et ciments, Jean Chabot habitait en 1938 rue de la Clef dans le Ve arr. de Paris. Il avait alors deux garçons militants communistes à Montluçon. Il militait en 1938 à la 5e section du PC. Chabot vendait l’Humanité rue Mouffetard depuis mars 1924 et participait à toutes les manifestations et grèves. Il fut d’ailleurs licencié en 1927 pour avoir fait grève.

Dans son autobiographie de 1938, Chabot assumait son absence de formation scolaire (je nai pas dortogrphe) et de culture militante livresque. "Vieil ouvrier propre" disait la commission des cadres, "connu d’André Parinaud", il avait été sollicité pour exercer la fonction dangereuse de gérant de l’Humanité (les peines de prison étaient fréquentes) et avait accepté ; rien n’indique qu’il ait été officiellement gérant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article104606, notice CHABOT Jean par René Lemarquis, Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 25 octobre 2016.

Par René Lemarquis, Claude Pennetier

SOURCES : La Barricade. Organe de défense des travailleurs des 13e et 5e arrondissements de Paris, édité par le Parti Communiste, mars 1934, 3e année, n° 28, p. 2, 3e col. — RGASPI, 495 270 5759, autobiographie du 21 décembre 1938 (noté A).

ICONOGRAPHIE : La Barricade ci-dessus.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément