AULAS Suzanne [née PAIRAULT Marguerite, Suzanne]

Par Jacques Blanchard

Née le 30 novembre 1901 à Secondigné-sur-Belle (Deux-Sèvres), morte le 9 février 1993 à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) ; institutrice ; militante syndicaliste de la FUE.

Suzanne Aulas
Suzanne Aulas
Congrès contre la guerre impérialiste à Amsterdam, 1932 : Suzanne entre Gilbert Serret au premier plan et son mari Jean Aulas

Fille de Pierre et de Clotilde Dahais, un couple d’instituteurs qui eurent cinq enfants, Suzanne Pairault, après un passage à l’école primaire à Saint-Maixent (Deux-Sèvres), fut élève de l’École normale d’institutrices de Niort, de 1917 à 1920, puis institutrice à Repéroux (Deux-Sèvres) de 1921 à 1932.

Elle participa très activement aux réunions d’un Groupe de jeunes vers 1925 et fut, en 1927, secrétaire pédagogique du comité central. Avec d’autres collègues, elle fit circuler des cahiers où chacun consignait ses recherches pédagogiques. En 1927, au congrès de Tours, elle occupa les fonctions de secrétaire pédagogique au comité central en remplacement de Germaine Barbreau. Elle y retrouva Marcelle Tardy.

Son mariage le 13 septembre 1932 avec Jean Aulas à Soulièvres (Deux-Sèvres) l’amena à quitter les Deux-Sèvres pour la Saône-et-Loire, où elle soutint son mari dans toutes ses activités syndicales. Elle appartint toujours à la tendance " majorité fédérale" de la Fédération unitaire de l’enseignement.

En 1940, le couple fut déplacé d’office à Dyo puis suspendu. Jean Aulas fut mis en résidence surveillée et Suzanne fut mutée dans un tout petit village du Rhône, La Chapelle-sur-Cosne. En 1942, elle fut nommée à Mandelieu-la-Napoule dans les Alpes-Maritimes, où son mari avait trouvé un emploi d’agent immobilier. Puis en 1943 ils se retrouvèrent à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) où naquit leur fils Jean-Pierre.

En 1945, le couple fut embauché par des amis instituteurs dans une maison tchécoslovaque à Saint-Pierre d’Irube (Basses-Pyrénées) et ne fut réintégré qu’en 1946 dans les Alpes-Maritimes. Ils furent alors militants de l’École émancipée au Syndicat national des instituteurs mais l’influence de la tendance était faible dans le département.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10484, notice AULAS Suzanne [née PAIRAULT Marguerite, Suzanne] par Jacques Blanchard, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 16 décembre 2019.

Par Jacques Blanchard

Suzanne Aulas
Suzanne Aulas
Congrès contre la guerre impérialiste à Amsterdam, 1932 : Suzanne entre Gilbert Serret au premier plan et son mari Jean Aulas

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, 4 M 11/3A. — Bulletin des Deux-Sèvres. — Interview de l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément