CHANVIN Paul, Albert, André

Né le 27 octobre 1865 à Paris, XIIe arr. ; mort à Draveil (Seine-et-Oise) le 6 décembre 1938 ; secrétaire de la Fédération nationale du Bâtiment.

Syndicaliste révolutionnaire, Chanvin fut mêlé aux actions revendicatives, mais ne joua pas un grand rôle avant 1914. Il avait toutefois été l’un des signataires de l’affiche "Appel aux conscrits" de l’AIA, ce pourquoi il avait été condamné à un an de prison en décembre 1905 (voir Roger Sadrin).

« L’homme était de stature moyenne, preste, pétulant, le geste vif soulignant le débit narquois quand il n’était pas mordant. Chanvin, coq syndicaliste à la crête rouge sans cesse hérissée, s’emportait comme soupe au lait » (Syndicats, 14 décembre 1938).

Constituée après le congrès d’Amiens de 1906, la Fédération du Bâtiment eut pour premier secrétaire Nicolet. En avril 1914, au congrès de Paris, Chanvin et Moulinier furent élus secrétaires et Chanvin demeura seul secrétaire en avril 1915 après la mort de Moulinier, Charbonnier étant trésorier. Partisan de l’union sacrée, Chanvin participa à la transformation du journal officieux de la CGT, la Bataille syndicaliste en la Bataille en octobre 1915 ; il y collabora régulièrement. En juillet 1916, il participa à Leeds à la conférence syndicaliste interalliée.

Chanvin fut réélu secrétaire fédéral en 1918 au congrès de Versailles du Bâtiment puis le 5 avril 1920 au congrès de Tours, avec Viau comme trésorier. Mais il fut éliminé par le congrès tenu du 16 au 18 mai 1921 à Dijon qui donna 122 voix à la majorité confédérale et 157 voix à la minorité révolutionnaire conduite par Péricat.

Après 1921, Chanvin travailla à la municipalité d’Aubervilliers. Devenu malade et infirme, il eut une vieillesse douloureuse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article104885, notice CHANVIN Paul, Albert, André , version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 15 octobre 2019.

SOURCES : État civil de la mairie de Draveil. — La CGT, op. cit., pp. 328-331. — Syndicats, 9 février et 14 décembre 1938 (article de De Marmande). — A. Rosmer, Le Mouvement ouvrier pendant la Première Guerre mondiale, t. II, 1959. — Jean-Louis Robert, Les ouvriers, la Patrie et la Révolution. Paris 1914-1919, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1995.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément