CHAPPUIS Raymond, Eugène, Auguste

Par Justinien Raymond

Né et mort à Annecy (Haute-Savoie) : 18 mars 1891-10 août 1926 ; employé d’assurances puis ouvrier typographe ; militant syndicaliste et communiste de Haute-Savoie.

Fils d’un commis des Ponts et chaussées, R. Chappuis était employé d’une Compagnie d’assurances. Avant la guerre de 1914-1918, qu’il fit notamment en Orient, et d’où il revint atteint de tuberculose pulmonaire, R. Chappuis était déjà engagé dans l’action syndicale et socialiste. Intelligent et cultivé, il jouissait d’une grande autorité parmi ses camarades communistes et socialistes, même après la scission ; il jouissait également de la considération de l’opinion publique. Il avait publié et fait porter à la scène en 1913 une pièce versifiée d’un acte intitulée Cœur de gueux.

Le 17 août 1919, R. Chappuis participa au congrès de l’Union des syndicats de Haute-Savoie. Dix-neuf syndicats étaient représentés sur vingt-cinq existants, regroupant deux mille cotisants environ. À l’issue du congrès fut élu un bureau de sept membres comprenant : Chappuis R., secrétaire général ; Regaret, Lamy, Rosset, secrétaires adjoints ; Gursel, trésorier général ; Aucrenat, trésorier adjoint ; Chappe, archiviste. Martinal et Chappuis étaient délégués au Comité confédéral national. Délégué au congrès de la CGT tenu à Orléans du 27 septembre au 2 octobre 1920, R. Chappuis soutint les positions minoritaires qui recueillirent 658 voix (1 485 aux majoritaires). Délégué au congrès de Tours en décembre, il intervint le 26, très favorable à l’adhésion à la IIIe Internationale.

R. Chappuis était rédacteur-gérant du Travailleur savoyard qui tirait en 1922 à trois mille exemplaires environ et comptait plus de deux mille abonnés ainsi répartis : 1 050 en Haute-Savoie, 983 en Savoie, 96 en d’autres départements (cf. n° du 11 mars 1922 et rapport de police du 13 mars). Chappuis appartenait à cette époque à la commission exécutive du groupe communiste d’Annecy et, le 8 octobre, il assista au congrès de Haute-Savoie du Parti réuni à Annecy (voir F. Gras). En 1923, il fut l’objet de poursuites à la suite d’articles « Aux conscrits » parus en mars et avril.

Vers 1924, il était secrétaire à la propagande du groupe d’Annecy, M. Mutazzi étant secrétaire aux luttes économiques, L. Gay, secrétaire administratif et A. Delange, secrétaire adjoint. Il siégea toujours au comité fédéral du département. Il militait aussi à l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants). Il fut candidat sur la liste du Bloc ouvrier et paysan dans la Drôme aux élections législatives de 1924 et obtint 2 513 voix sur 67 771 suffrages exprimés. En 1925, il fut candidat au conseil général dans le canton d’Annecy-sud ; il ne fut pas élu. L’année suivante, en juin, il fut délégué au Ve congrès du Parti tenu à Lille. Secrétaire du rayon communiste d’Annecy, il dirigea le journal Le Travailleur des Alpes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article104940, notice CHAPPUIS Raymond, Eugène, Auguste par Justinien Raymond, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 19 avril 2020.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Nat. F7/12990, F7/13015, F7/13090. — Arch. Dép. Drôme, M 87 (photographie). — Le Travailleur savoyard, 27 septembre 1919, 5 janvier 1924, 20 juin 1925, 14 août 1926. — Le Travailleur des Alpes, 14 septembre 1929. — Arch. Institut M. Thorez, bobine n° 181. — Note de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément