CHAUSSADE Antoine, Joseph

Par Claude Pennetier

Né le 12 mars 1867 à Varen (Tarn-et-Garonne), Chaussade fut instituteur à Saint-Baudel puis à La Celle-Condé dans le Cher. En mai 1905, il fut un des fondateurs du premier syndicat de l’enseignement du Cher avec ses collègues Beauvois, Chaufournier, Madame Mauger.

Il représenta le Cher aux congrès nationaux du syndicat des instituteurs, à Nantes en mars 1907, à Marseille en 1911. Chaussade fut constamment membre du bureau de la section du Cher. Trésorier de 1918 à 1925, il fut poursuivi en 1920, avec les autres dirigeants, comme animateur d’un syndicat illégal. À cette occasion le sous-préfet de Saint-Amand affirmait dans un rapport du 23 octobre 1920 que l’instituteur de La Celle-Condé jouissait de la considération générale dans sa commune et ne semblait pas y faire de propagande politique. Le tribunal le condamna à une amende et à la dissolution du syndicat. En mars 1922, il vota pour l’adhésion de son organisation à la CGTU. Chaussade milita au syndicat unitaire de l’Enseignement jusqu’à son décès en 1925. Avec son ami Gaston Beauvois, ils symbolisaient la génération des syndicalistes révolutionnaires berrichons de l’enseignement d’avant 1914. Ces instituteurs ruraux dotés d’une grande conscience professionnelle, refusaient la hiérarchie administrative. Ils rejoignaient le mouvement ouvrier par leur pacifisme, leur antimilitarisme et aussi leur anticléricalisme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article105308, notice CHAUSSADE Antoine, Joseph par Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 4 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Cher, 6 T 310. — Arch. du syndicat unitaire de l’enseignement du Cher. — L’Émancipateur. — Claude Pennetier, Le Socialisme dans le Cher, 1851-1921, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément