CHAUSSIVERT Alphonse, André, Maurice

Par Daniel Grason

Né le 10 octobre 1909 à Paris XIIe arrondissement, mort le 30 avril 1981 à Clichy-la-Garenne (Seine, Hauts-de-Seine) ; ajusteur, metteur au point ; militant communiste ; déporté à Auschwitz en Pologne puis à Buchenwald (Allemagne).

Fils de Jean, menuisier et de Marguerite, née Blanchon, ménagère, Alphonse Chaussivert épousa le 25 juin 1932 Émilienne Camus en mairie de Courbevoie (Seine, Hauts-de-Seine). Le couple demeura 1 rue Alexis-Bouvier à Rueil-Malmaison (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine). Ajusteur puis metteur au point chez Saurer à Suresnes, Alphonse Chaussivert prit part aux luttes du Front populaire, l’usine comptait huit cents ouvriers et fabriquait des camions depuis 1910. Il se syndiqua à la CGT et adhéra au Parti communiste.
Après la déclaration de guerre et l’interdiction du parti communiste, il fit partie d’un groupe de militants qui diffusait des tracts de l’organisation à Puteaux et Suresnes. Des policiers français l’arrêtèrent le 17 février 1941 pour « activité communiste ». Quatre autres militants qui diffusaient les tracts de l’organisation communiste sur le même secteur étaient interpellés le même jour : Lucien Fournier de Puteaux, Fernand Lebreton, Charles Patillon et Henri Hennequin de Suresnes. Tous étaient inculpés pour infraction au décret du 26 septembre 1939 et incarcérés.
Ils comparurent le 21 octobre 1941 devant la Section spéciale de la Cour d’Appel de Paris en compagnie de quinze autres militants qui distribuaient des tracts à Gennevilliers et Levallois-Perret. Alphonse Chaussivert était condamné à trois en de prison et cent francs d’amende. Le journal collaborationniste Le Matin annonça la sentence et titra le lendemain en page intérieure : « 20 condamnés par la section spéciale de la cour de Paris », suivaient les noms et les peines.
Détenu dans différentes prisons : La Santé, Fresnes, Clairvaux et Blois, il était dans le convoi de mille six cents soixante-dix hommes qui partit le 27 avril 1944 à destination d’Auschwitz-Birkenau (Pologne). Les déportés arrivèrent le 30 avril, Alphonse Chaussivert transita par Birkenau. Le 12 mai il était parmi les mille cinq cent soixante et un détenus qui prenaient la destination de Buchenwald (Allemagne).
La libération du camp eut lieu le 11 avril 1945 dans l’après-midi, l’armée américaine conduite par le général Patton libérait Buchenwald. Un Comité militaire clandestin international l’accueillit. Le Comité des intérêts français était composé de : Frédéric-Henri Manhès, Albert Forcinal, Marcel Paul, Robert Darsonville et Jean Lloubes représentaient les français au sein de ce comité précisa Olivier Lalieu.
Dans son ouvrage 1945 La découverte, Annette Wieviorka soulignait : « c’est avec l’arrivée du résistant communiste Marcel Paul, en mai 1944, qui devient l’interlocuteur des dirigeants allemands, que le parti communiste français s’organise véritablement à Buchenwald et qu’il rassemble d’autres courants de la Résistance dans le Comité des intérêts français. Désormais, le Comité est à présent dans l’organisation de résistance du camp et peut protéger certains détenus. »
Alphonse Chaussivert matricule 185280, était parmi les survivants du convoi (50%). Il fut membre de la Brigade française d’action libératrice, Alphonse Chaussivert a été homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF).
Il mourut le 30 avril 1981 à Clichy-la-Garenne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article105319, notice CHAUSSIVERT Alphonse, André, Maurice par Daniel Grason, version mise en ligne le 12 janvier 2020, dernière modification le 12 janvier 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. BA 2057, 77W 95. – Bureau Résistance GR 16 P 124414. – Le Matin, 22 octobre 1941. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004, FMD base des Hauts-de-Seine. – Annette Wieviorka, 1945 La découverte, Éd. du Seuil, 2015. – Olivier Lalieu, La zone grise ? La résistance française à Buchenwald, préface de Jorge Semprun, Éd. Tallandier, 2005. – Pierre Durand, Les Français à Buchenwald et à Dora->23481], Éd. Sociales, 1977.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément