AUZANNEAU René

Par Jeanne Siwek-Pouydesseau

Né le 8 juin 1897 à Gascougnolles, commune de Vouillé (Deux-Sèvres), mort le 17 décembre 1955 à Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; rédacteur, puis chef de division de préfecture dans l’Yonne ; militant socialiste et syndicaliste, secrétaire général de la Fédération de l’administration générale FO et secrétaire général de la Fédération générale des Fonctionnaires FO en 1955.

René Auzanneau
René Auzanneau

René Auzanneau naquit dans une famille modeste d’agriculteurs. Il abandonna la terre pour fréquenter le cours complémentaire de Breloux-la-Crèche (Deux-Sèvres) où il passa son Brevet élémentaire en 1920. Il obtint le brevet élémentaire mais, ayant perdu l’usage d’un œil, il ne fit pas son service militaire.

En 1921, René Auzanneau passa le concours de rédacteur de préfecture, fut affecté en Vendée puis à Niort dans les Deux-Sèvres. Il fut alors secrétaire départemental de la SFIO. En 1936, il fut nommé chef de bureau à Saint-Amand-Montrond, sous-préfecture du Cher. Il était membre de la SFIO. Il fut, dans un premier temps, révoqué par Vichy, puis réintégré et muté à Auxerre. À la Libération, il refusa d’être nommé sous-préfet et fut promu, en 1945, chef de division de préfecture dans l’Yonne. Il était marié et avait deux fils

René Auzanneau militait au Syndicat des préfectures CGT, dont il fut secrétaire général jusqu’au 27 et 28 janvier 1948. Après août 1944, les personnels des préfectures purent constituer des syndicats. L’Amicale du personnel des préfectures se transforma en syndicat qui adhéra immédiatement à la CGT.

Lors de la scission, il passa à Force Ouvrière avec la majorité de son syndicat et constitua la Fédération de l’Administration générale FO, dont il devint secrétaire général.

René Auzanneau fut également, jusqu’au 7 décembre de la même année, le secrétaire général du Syndicat FO des fonctionnaires des préfectures. A cette date, ce syndicat fusionna avec celui des auxiliaires FO des préfectures, fondé également en janvier 1948 et dont le secrétaire général fut Jean Duclos, pour donner naissance au Syndicat national FO des personnels des préfectures.

René Auzanneau participa à la création du Comité interfédéral des fonctionnaires et postiers FO jusqu’à la mise en place de la Fédération générale des Fonctionnaires FO, en 1953. De mai à décembre 1955, il fut secrétaire général de la FGF-FO. Il mourut au retour d’un voyage à Amsterdam où il représentait la FGF au bureau de l’Internationale des Services Publics. De 1948 à 1955, René Auzanneau resta membre des commissions administratives et comités techniques paritaires de son administration, ainsi que membre du Conseil supérieur de la Fonction publique. Durant toute cette période, il siégea également à la commission exécutive confédérale Force Ouvrière.

Pierre Neumeyer, dans son éloge funèbre, le décrivait comme un « chef » qui fuyait les premiers rôles et la célébrité.

Il avait trois frères dont Raoul Auzanneau, instituteur, Roger Auzanneau, directeur d’organismes coopératifs agricoles — voir ces noms — et une sœur, Henriette épouse Maillet.

Il était également le père de Guy Auzanneau, qui fut journaliste et qui milita au Syndicat FO des journalistes au sein duquel il exerça pendant de nombreuses années la fonction de trésorier. Guy Auzanneau décéda au cours de l’été 1991.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10546, notice AUZANNEAU René par Jeanne Siwek-Pouydesseau, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 18 janvier 2021.

Par Jeanne Siwek-Pouydesseau

René Auzanneau
René Auzanneau

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, 11 M 8/5. — Force Ouvrière, 22 décembre 1955, FO Hebdo, 11 septembre 1991. — La Nouvelle Tribune des Fonctionnaires FO, décembre 1956. — Jeanne Siwek-Pouydesseau, Les syndicats des fonctions publiques au XXe siècle, Berger-Levrault, 2001. — DBMOF, tome 17, notice par J. Blanchard. — Histoire du Syndicat national FO des personnels des préfectures. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément