AYRAULT André, Jean-Marie

Par Jacques Girault

Né le 30 juin 1917 à Ménigoute (Deux-Sèvres), mort le 23 janvier 1985 à Annecy (Haute-Savoie) ; professeur dans le Nord puis dans l’Ille-et-Vilaine ; militant du SNET ; militant communiste ; adjoint au maire de Douai.

Son père, lieutenant dans un régiment d’Infanterie, marié avec une institutrice, était tombé au front en 1918. André Ayrault (parfois orthographié Ayraud ou Arnaud), pupille de la Nation, élève de l’École normale supérieure de l’enseignement technique (section D, 1938-1941), se maria en mars 1940 à Nantes (Loire-Inférieure/Atlantique) avec une élève de l’ENSET de la même section, France Séon ; ils eurent quatre enfants.
Mobilisé (16 septembre 1939-15 septembre 1940), il enseignait les techniques commerciales au collège technique de Douai (Nord) à partir de 1942. Il adhéra au Parti communiste à la fin de 1942. Membre du Front national, il le représentait dans le comité local de Libération et dans le comité de Libération de l’arrondissement de Douai. Il représentait le Parti communiste au Comité départemental de Libération. Adjoint au maire de Douai jusqu’à sa mobilisation (février 1945- 15 juillet 1945) comme lieutenant dans les transmissions, il fut élu conseiller municipal en 1945, 1947 et 1953 et siégea jusqu’à son départ en 1954. De la Libération à 1954, il fut membre du bureau et du secrétariat de la section communiste de Douai.
Da 1946 à 1954, Ayrault était le secrétaire régional du Syndicat national de l’enseignement technique dans l’académie de Lille. En 1948, il fut élu membre suppléant de la Commission administrative permanente nationale pour les professeurs certifiés et assimilés. Membre titulaire de la commission administrative du SNET (cégétiste), il ne se représenta pas en 1952. Il était signataire de tous les appels à voter pour les listes Unité et Action, puis Union pour une action syndicale efficace.
À partir de 1958, André Ayrault enseignait au collège technique de Rennes (Ille-et-Vilaine). Il exerçait aussi les fonctions de censeur à partir de 1966. Il cessa de signer les appels pour soutenir la tendance UASE après 1963. Secrétaire de la section SNET de son établissement, il était, entre 1959 et 1967, le secrétaire de la section de l’Ille-et-Vilaine de la Fédération de l’Éducation nationale.
Ayrault, secrétaire de la section communiste de Rennes Sud-Est (1961-1963), présida la commission de contrôle financier de la Fédération communiste (1957-1959) puis fut élu membre du comité fédéral. Membre du bureau fédéral (1961-1964), responsable aux intellectuels, à nouveau membre du comité fédéral (1964-1969), il fut responsable de la commission de travail prenant en mains les questions enseignantes, créée en novembre 1961, avec un double objectif, la constitution de cellules dans les établissements d’enseignement et l’édition d’un journal en direction des enseignants. Pour cela, il fut déchargé du secrétariat de la section communiste de Rennes tout en conservant d’autres responsabilités (secrétariat de la FEN, bureau de l’Union rationaliste). Toutefois la proposition par la Fédération communiste de sa candidature au Conseil général en 1958 ne fut pas ratifiée.
Ayrault, retraité, dut se retirer en Haute-Savoie où il se remaria en octobre 1981 à Cordon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10592, notice AYRAULT André, Jean-Marie par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 31 janvier 2018.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Presse syndicale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément