AZÉMA Jean, Louis

Par Olivier Dedieu

Né le 25 avril 1910 à Montpellier (Hérault), mort le 15 janvier 2000 dans la même ville ; avocat ; militant socialiste de l’Hérault.

Jean, Louis Azéma fut très tôt immergé dans la politique locale, sous l’égide de son oncle, Louis Nègre, président républicain-socialiste du conseil général, conseiller général des Matelles et ancien sénateur de l’Hérault. Membre d’une famille protestante aisée, détentrice d’une propriété à Saint-Bauzille de Montmel, il bénéficie d’un important patrimoine politique dans un canton où la concurrence politique est faible (Louis Nègre sera conseiller général pendant 40 ans).

À l’issue de son baccalauréat obtenu en 1928, il s’inscrit à la Faculté de Droit et décroche sa licence trois ans plus tard, puis une thèse en 1934. Avocat stagiaire depuis 1931, il intègre le prospère cabinet de son oncle, ancien bâtonnier. Reçu comme avocat en 1935, il assure le secrétariat d’un cabinet, qui, de par son travail pour l’administration préfectorale et l’influence politique de son titulaire, voit défiler nombre d’élus locaux du canton et du département. Durant la guerre, il succède à son oncle à la tête du cabinet et reste en dehors de toute activité politique.

En 1945, il ne tente pas de reconquérir le canton de son oncle, ce dernier étant détenu par l’instituteur Louis Fontaine, membre du CDL et proche de la SFIO. Néanmoins, en juillet 1947, Louis Fontaine décède. Opposé à Raoul Meller (SFIO) et à Jean Aussel (MRP), Jean Azéma se présente et l’emporte au second tour en bénéficiant des voix du démocrate-chrétien. À cette date, Jean Azéma, fils d’un radical, s’affiche républicain indépendant. Très vite, il obtient un monopole de représentation de la gauche non communiste, SFIO et radicaux-socialistes le soutenant.

Cette position, outre la tradition républicaine modérée de ce canton de garrigues et la notoriété de sa famille, Jean Azéma l’a doit à ses attributs notabiliaires. Il est ainsi l’avocat de l’administration préfectorale, de la fédération de chasse du département, du conseil général ensuite avant de finir bâtonnier du barreau de Montpellier. Il tente aussi de redéployer le « fer de lance » du radicalisme rural d’avant-guerre, la société départementale d’encouragement à l’agriculture (que son oncle a longtemps présidée), mais sans atteindre d’audience significative. Au sein du conseil général, tout en restant non affilié à une structure partisane, il soutient la majorité socialiste, sans s’attirer pour autant l’hostilité des radicaux. Par là même, il intègre dès 1949 la commission départementale, celle de l’agriculture puis le poste de vice-président. Étiqueté divers gauche en 55, apparenté à la SFIO en 1961 puis à la FGDS par la suite, il n’aura pas de concurrence notable avant 1973.

Élu absentéiste, sans autre mandat local, Jean Azéma bénéficie du soutien des notables socialistes et radicaux du département. Pour autant, en 1973, ces derniers ne peuvent empêcher la candidature dissidente de Gérard Saumade, membre de la CIR. Ce dernier, divers gauche, présenté comme son successeur, décide en effet de se présenter, arguant du fait qu’Azéma lui avait promis de se retirer. Face à ce jeune élu, Jean Azéma est battu et se retirera désormais de toute activité politique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10600, notice AZÉMA Jean, Louis par Olivier Dedieu, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 14 octobre 2008.

Par Olivier Dedieu

SOURCES : Arch. Nat. : F/1cII/277. F/1cII/305. F/1cII/310. F/1cII/703. — Arch. Dép. Hérault, 1 068 W 108, 1506 W 234. — Délibérations du conseil général de l’Hérault, 1945-1973. — Entretien avec l’auteur.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément